•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxence Parrot pense à Pyeongchang et à Mark McMorris

Maxence Parrot
Maxence Parrot Photo: Getty Images / Maddie Meyer
Radio-Canada

Maxence Parrot a su mardi qu'il était préqualifié pour les Jeux de Pyeongchang, comme Mark McMorris. Le planchiste québécois est libéré d'un poids, mais ne peut s'empêcher de penser à son coéquipier gravement blessé, dont la route vers les Olympiques s'est compliquée après une terrible collision avec un arbre près de Whistler.

Un texte de Félix St-Aubin

Bien qu'enchanté d’avoir rempli les critères imposés par l’équipe canadienne, Parrot a d’abord tenu à offrir son soutien à McMorris, qui est sorti bien mal en point d’un accident hors-piste le week-end dernier.

Le Saskatchewanais de 23 ans souffre de multiples fractures à la mâchoire, au bras gauche, au bassin et aux côtes, d'une rupture de la rate et d'un affaissement du poumon.

« C’est vraiment dommage, ce qui est arrivé à Mark McMorris. J’ai appris qu’il avait eu un incident hier (lundi). Il n’est vraiment pas chanceux, surtout que l’année dernière, il a eu un autre accident [une fracture du fémur, NDLR]. Il a foncé dans un arbre, je n’ose pas imaginer comment ç'a dû faire mal », a commenté Parrot.

« Il est entre très bonnes mains à l’Hôpital général de Vancouver, ce qui est une très bonne chose. Je lui souhaite un très bon rétablissement et j’espère qu’il sera de retour [sur sa planche à neige] très bientôt », a-t-il enchaîné.

L’athlète olympique, au même titre que ses confrères qui pratiquent ce sport extrême, est bien conscient des dangers qui le guettent à tout moment.

Le Québécois dit faire preuve d’une certaine prudence afin d’éviter qu’un accident comme celui de McMorris ne l’oblige à mettre sa planche à neige au rancart.

« On est déjà au courant que notre sport est extrême, on sait que c’est très dangereux. Je l’ai toujours su », a-t-il indiqué.

« Mark était [en excursion] hors-piste. Pour ma part, je n’en fais pas encore. C’est définitivement quelque chose que je veux faire dans le futur, mais je sais que c’est très dangereux. Pour l’instant, je me concentre davantage sur mes compétitions », a-t-il renchéri.

Des précautions avant les JO

Parrot se prépare avec prudence pour les Jeux de Pyeongchang. Il veut avant tout peaufiner les manœuvres qu’il maîtrise déjà assez bien, au détriment de nouvelles figures.

Des fois, ça peut être dangereux d’essayer de nouvelles manœuvres parce qu’on nage dans l’inconnu. Je crois que j’ai beaucoup de manœuvres dans ma poche qui peuvent être très bien pour les Olympiques.

Maxence Parrot

« Je pense que je vais mettre l’emphase là-dessus, m’assurer que je suis très confortable avec [les figures] et les pratiquer de plus en plus pour être constant », a ajouté celui qui a fini 5e place en slopestyle aux Jeux de Sotchi, épreuve dans laquelle McMorris a décroché le bronze.

Parrot l’admet lui-même, depuis quelques années, il a été le type de planchiste à repousser ses limites pour gravir les échelons au classement.

À la lumière de ses excellents résultats des derniers mois, il a changé sa façon d’aborder ses entraînements pour la saison à venir.

« Je crois que je suis rendu à un niveau où je peux prendre plus le temps de perfectionner mes manœuvres. (…) Je pense que c’est une meilleure optique d’améliorer les figures pour aller chercher un ou deux points de plus qui peuvent faire toute la différence. »

Parrot est d’ailleurs d’avis que le futur champion olympique aura réussi à affiner ses figures non loin du point de perfection.

Surf des neiges

Sports