•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poursuite de 124 millions de dollars et retard possible dans le chantier du pont Champlain

Le nouveau pont Champlain en construction, près du vieux

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Radio-Canada

Le consortium chargé de construire le nouveau pont Champlain poursuit le gouvernement fédéral pour 124 millions de dollars, alléguant qu'on ne l'a pas informé de la fragilité du pont existant. Des failles dans la structure du vieux pont empêchent le transport routier de pièces lourdes, nécessaires au chantier, ce qui entraîne des coûts supplémentaires, selon Signature sur le Saint-Laurent.

Selon nos informations, la réalisation de l’ouvrage, qui est complété à 40 %, accuse au total six mois de retard sur l’échéancier initial.

La construction de la partie haubanée du pont est en retard de trois mois, vu la nouvelle façon d’acheminer les pièces.

Parallèlement, la conception et la fabrication des 37 chevêtres, en Espagne, ont six mois de retard. Ce dernier aspect n’a toutefois rien à voir avec la poursuite.

Toujours selon nos informations, il est encore possible d’inaugurer le nouveau pont Champlain, comme prévu, le 1er décembre 2018, même si cela sera très difficile. La poursuite pourrait d’ailleurs s’expliquer en partie par une volonté de mettre les bouchées doubles, en augmentant les heures travaillées et la main-d’œuvre.

Des limitations de structure

Dans sa poursuite, déposée mardi matin en Cour supérieure du Québec après avoir été dévoilée par le quotidien Le Devoir, le gestionnaire du projet invoque que les autorités fédérales ne l'ont pas prévenu « sciemment ou par négligence » de limitations empêchant le transport routier de pièces d'équipement nécessaires pour la poursuite du chantier.

Le consortium Signature sur le Saint-Laurent affirme que le fédéral avait été informé des limitations que présentaient, d'une part, la structure actuelle du pont Champlain et, d'autre part, les routes de juridiction provinciale sur l'île de Montréal et autour de l'île. Mais le gouvernement canadien a tardé à transmettre ces informations au constructeur, allègue ce dernier.

960 pièces hors-normes doivent être transportées par train et/ou bateau :

  • 600 poutres de caissons (fabriquées à Trois-Rivières ainsi que dans les régions de Québec et de Terrebonne)
  • 360 segments en béton (fabriqués à Saint-Eugène-de-Grantham, près de Drummondville)

De nouvelles fissures verticales...

Plus précisément, est-il écrit dans le libellé de la poursuite, la société Les Ponts Jacques Cartier et Champlain Incorporée (PJCCI) a limité à 30 tonnes métriques la charge qu'un camion pouvait transporter sur le vieux pont Champlain. PJCCI a imposé ces restrictions après avoir découvert « la présence de nouvelles fissures verticales » sur certaines poutres du vieux pont.

De plus, les autorités fédérales ont reçu deux lettres provenant du ministère des Transports du Québec les avisant qu'une restriction de 65 tonnes avait été imposée aux camions transportant, sur les routes du réseau québécois, des pièces d'équipement nécessaires, telles que des poutres préfabriquées. Or, les pièces que doit faire transporter le constructeur pèsent jusqu'à 80 tonnes.

Une fois connues du constructeur, ces restrictions ont obligé ce dernier à trouver « des solutions alternatives », soit le transport par barge ou par train, ce qui a entraîné des coûts et des délais supplémentaires. Par conséquent, le consortium réclame « compensation, extension des délais et réparation ».

Selon la poursuite :

  • 15 avril 2015 : le consortium Signature sur le Saint-Laurent obtient le contrat;
  • 12 mai 2016 : tout bascule, alors que le consortium apprend qu'il y a de nouvelles restrictions de poids sur le pont Champlain;
  • 8 juin 2016 : le consortium apprend, du ministère des Transports, qu’une limite de 65 tonnes métriques est imposée sur les routes du Québec;
  • Le hic : Infrastructure Canada était déjà au courant, lors de l’appel d'offres, car il avait reçu des lettres du MTQ, les 5 mars et 9 avril 2015, juste avant de choisir le consortium, qui dit ne jamais en avoir été informé et, par conséquent, plaide la mauvaise foi.

Deux ponts, un tronçon d'autoroute et des rampes d'accès améliorées

Rappelons que le projet comporte non seulement l'achèvement du nouveau pont Champlain d'une longueur de 3,4 km, mais aussi un pont de 470 mètres pour L'Île-des-Soeurs, l'élargissement d'un tronçon de l'autoroute 15 et l'amélioration des rampes d'accès à partir de l'autoroute 10 et de la route 132.

Signature sur le Saint-Laurent se refuse à tout commentaire du fait que l'affaire est devant la justice.

Le consortium regroupe SNC-Lavalin, ACS Infrastructure Canada et la société allemande Hochtief. Le consortium avait décroché le contrat de construction du nouveau pont Champlain en avril 2015, soit plus de trois ans après que les autorités fédérales eurent décidé d'aller de l'avant avec ce projet.

Économie