•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un modèle de soins axé sur la guérison au Centre hospitalier Restigouche

L'hôpital vu de l'extérieur

Le Réseau de santé Vitalité veut changer l'orientation des soins au Centre hospitalier Restigouche de Campbellton.

Photo : CBC/Shane Fowler

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Réseau de santé Vitalité entend instaurer un modèle de soins axé sur la guérison au Centre hospitalier Restigouche, qui soigne des patients aux prises avec des problèmes de santé mentale.

Le Réseau avait lancé en janvier une révision de la qualité des soins à cet établissement à la suite de plaintes concernant des retards d’admission et des incidents impliquant le personnel.

« Il y avait trop de personnel qui se retrouvait en congé de maladie et trop de situations d’agression », explique le président-directeur général du Réseau, Gilles Lanteigne.

Le consultant retenu pour étudier les problèmes identifiés fait 34 recommandations. En gros, il recommande qu’on s’éloigne du modèle de soins traditionnel, « de type asilaire », c’est-à-dire centré sur l’internement.

Nous ce qu’on souhaite, c’est une révision complète du modèle de soins traditionnel, la mise en place d’un véritable modèle de rétablissement pour chaque personne qui est là.

Gilles Lanteigne, PDG du Réseau de santé Vitalité

À cette fin, un comité des patients sera notamment créé. Ce comité, assure Gilles Lanteigne, aura un rôle réel à jouer dans les soins aux patients : il sera consulté et pourra communiquer au personnel et à la direction les besoins des patients.

Le PDG du réseau de santé Vitalité, Gilles LanteigneAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le PDG du réseau de santé Vitalité, Gilles Lanteigne

Photo : Radio-Canada / Antoine Trépanier

Plus globalement, c’est un changement de culture organisationnelle qui devra s’instaurer au Centre hospitalier Restigouche, dit-il.

« [...] Je pense que la philosophie de rétablissement est bien comprise, mais il faut véritablement la mettre en place. »

Il précise que certains changements ont déjà été effectués, mais qu’un virage plus important se fera au cours des prochains mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !