•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Formation contre le profilage racial dans les commerces en N.-É.

La Commission des droits de la personne de la N.-É. veut prévenir le profilage racial dans les commerces de la province.
La Commission des droits de la personne de la N.-É. veut prévenir le profilage racial dans les commerces de la province. Photo: Radio-Canada

La Commission des droits de la personne de la Nouvelle-Écosse attire l'attention du reste du Canada et des États-Unis en lançant un cours en ligne dont le but est de prévenir le profilage racial dans le commerce au détail, une première au pays.

Après des années de plaintes relatives aux travailleurs de ce secteur qui donneraient couramment de mauvais services aux personnes de minorités visibles, la Nouvelle-Écosse a décidé de s’attaquer à ce problème.

La Commission des droits de la personne de la province a lancé, lundi, un cours en ligne gratuit d’une durée de 20 minutes qui vise à faire la promotion de l’inclusion et de l’accueil de tous les clients.

Le cours ne se limite pas à la clientèle néo-écossaise et a même déjà attiré l’attention d’entreprises et de commerce d’autres provinces et même des États-Unis. Un travail est en cours pour en faire une campagne nationale.

« En tant que fier Afro-Néo-Écossais et Canadien de septième génération, je suis très conscient des problèmes associés aux relations interraciales dans notre société », a attesté le révérend Lennett Anderson, de l'Association afro-canadienne des églises baptistes. Il affirme qu'il y a un besoin criant pour ce genre de formations.

Le commerce au détail est le secteur qui emploie le plus de travailleurs au Canada. Plus de 2 millions de personnes travaillent dans cette industrie qui générait environ 59 millions de dollars en paye en 2015.

La PDG de la Commission des droits de la personne de la Nouvelle-Écosse, Christine Hanson, a indiqué que le besoin d’une telle formation s’est accru en 2013 lorsque la commission a publié un rapport concluant que les Autochtones, les Afro-Canadiens et les musulmans notamment étaient moins bien servis dans les commerces que les autres groupes et qu’on les considère souvent comme des voleurs potentiels.

« En fait, toutes les personnes faisant partie de minorités visibles notent être moins bien servies dans les commerces que les personnes blanches. [...] Dans le groupe de discussion que nous avons tenu, plusieurs participants ont dit se sentir traités comme des citoyens de second rang lorsqu’ils font des achats », explique Mme Hanson.

Le programme en ligne se nomme Servir au mieux tous les clients. Il comprend un questionnaire sur l’immigration et les minorités visibles. Il rappelle également les grandes lignes du rapport de 2013 et explique ce que la loi dit.

Avec les informations de La Presse canadienne

Nouvelle-Écosse

Société