•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les 5 finalistes du Prix de la nouvelle Radio-Canada 2017 sont connus

Philippe Arseneault, Geneviève Boudreau, Fanie Demeule, Daniel Guilbeault et Kiev Renaud
Philippe Arseneault, Geneviève Boudreau, Fanie Demeule, Daniel Guilbeault et Kiev Renaud Photo: Mathieu Rivard/Maryse Cléro-Nobréga/Martin Legault/Claire Pontbriand/Franziska Parton

Le jury, composé de Biz, Ying Chen et Audrée Wilhelmy, a désigné les cinq finalistes du Prix de la nouvelle Radio-Canada 2017.

Les nouvelles inédites de Philippe Arseneault, Geneviève Boudreau, Fanie Demeule, Daniel Guilbeault et Kiev Renaud ont été choisies parmi plus de 800 textes soumis au concours cette année. Le nom de la gagnante ou du gagnant sera dévoilé le 19 avril.

La liste des finalistes de langue anglaise (CBC Short Story Prize) a également été dévoilée et peut être consultée sur le site de CBC Books. (Nouvelle fenêtre)


Les finalistes du Prix de la nouvelle Radio-Canada 2017

Philippe Arseneault pour Chercher toujours 

L'auteur Philippe ArseneaultL'auteur Philippe Arseneault Photo : Mathieu Rivard

Avocat de formation, Philippe Arseneault travaillé à Toronto et Regina, puis a vécu presque 10 ans en Chine avant de s’installer à Montréal où il est journaliste au journal Les Affaires. Il est l’auteur de Zora, un conte cruel (VLB, Prix Robert-Cliche du premier roman) et de Ma sœur chasseresse (Québec Amérique).

J’écris depuis l’âge de 22 ans environ. J’ai su que je voulais devenir écrivain quand j’ai constaté que je pouvais devenir écrivain [...] Ce sentiment m’a envahi une fois que j'eus beaucoup avancé la rédaction de mon premier roman. J’ai eu comme un sentiment d’irréversibilité très grisant..

Philippe Arseneault

Geneviève Boudreau pour La clef de la Barbe bleue

L'auteure Geneviève BoudreauL'auteure Geneviève Boudreau Photo : Maryse Cléro-Nobréga

Originaire des Îles-de-la-Madeleine, Geneviève Boudreau enseigne la littérature au Cégep de Sainte-Foy. Elle est l’auteure de deux recueils de poésie publiés aux éditions de l'Hexagone : Acquiescer au désordre (2012) et Le regard est une longue montée (2015). En 2017, elle en a publié un troisième, aux Éditions du Noroît : Comme on tue son chien.

J’écris depuis mon adolescence, mais c’est surtout depuis mon passage au cégep que j’ai compris que l’écriture aurait une grande place dans ma vie. [...] À ce moment mon rapport à la littérature s’est fait plus identitaire : la littérature est devenue pour moi un moyen privilégié d’avoir une certaine emprise sur le monde.

Geneviève Boudreau

Fanie Demeule pour Camille

L'auteure Fanie DemeuleL'auteure Fanie Demeule Photo : Martin Legault

Fanie Demeule est née en 1990. Détentrice d’un diplôme de maîtrise en recherche et création littéraire de l’Université de Montréal, elle rédige une thèse de doctorat en études littéraires à l’UQAM. S’inscrivant dans les études féministes et culturelles, ses recherches actuelles portent sur les figures de guerrières dans l’imaginaire contemporain. Elle collabore à plusieurs publications, dont la plateforme Pop-en-Stock (Nouvelle fenêtre) et le magazine Spirale (Nouvelle fenêtre). En 2016, elle publie un premier roman, Déterrer les os, aux éditions Hamac.

Enfant, les mots me faisaient souvent rire. Et je pense avoir voulu écrire avant même de savoir le faire : ma prof de maternelle a dû me rappeler à l’ordre alors que je tentais de rédiger une histoire avant d’avoir appris à composer des phrases. J’ai inventé des histoires d’aussi loin que je me souvienne.

Fanie Demeule

Daniel Guilbeault pour La fiancée du maître

L'auteur Daniel GuilbeaultL'auteur Daniel Guilbeault Photo : Claire Pontbriand

Né en 1959 à Lachine, en banlieue de Montréal, Daniel Guilbeault a fait des études en philosophie à l’université de Montréal, en communication à l’UQAM et en cinéma à l’université Concordia. Il est artiste multidisciplinaire et instructeur sportif.

Je n’ai jamais su quand je voulais devenir écrivain, mais écrire pour moi est un élan vital, comme une sorte d’urgence pour contrer la grisaille et raconter le monde qui m’entoure.

Daniel Guilbeault

Kiev Renaud pour Pratique d'incendie

L'auteure Kiev RenaudL'auteure Kiev Renaud Photo : Franziska Parton

Kiev Renaud est membre du comité éditorial de la revue Contre-jour (Nouvelle fenêtre) et doctorante en littérature française à l’Université McGill. Elle a fait paraître un roman chez Leméac intitulé Je n’ai jamais embrassé Laure (2016). En 2015, elle a remporté le Prix du Jeune Écrivain de langue française et a été finaliste pour le Prix de la nouvelle Radio-Canada.

Comment j'ai su que je voulais devenir écrivaine? Peut-être exactement comme les petites filles de ma nouvelle : en m’inventant des scénarios dans mon enfance qui me permettaient d’être une héroïne de romans, et ainsi d’avoir un courage que je n’avais pas le temps d’un trajet d’autobus.

Kiev Renaud

Véritables tremplins pour les auteurs canadiens, les Prix de la création Radio-Canada sont ouverts à tous, amateurs ou professionnels. Ils récompensent chaque année les meilleurs récits, nouvelles et poèmes inédits soumis au concours. Le gagnant remporte 6000 $ offerts par le Conseil des arts du Canada ainsi qu'une résidence d'écriture au Banff Centre des arts et de la créativité, en Alberta, et voit son texte publié dans le magazine Air Canada enRoute et sur ICI.Radio-Canada.ca. Les finalistes reçoivent chacun 1000 $ offerts par le Conseil des arts du Canada, et leur texte est publié sur ICI Radio-Canada.ca.

Acadie

Livres