•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des adolescents jouent aux policiers à Edmonton

Des jeunes de l'École secondaire McNally d'Edmonton participent à des tests physiques similaires à ceux auxquels les futurs policiers sont soumis.

Des jeunes de l'École secondaire McNally d'Edmonton participent à des tests physiques similaires à ceux auxquels les futurs policiers sont soumis.

Photo : Radio-Canada / Camille Martel

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des jeunes de l'École secondaire McNally d'Edmonton participent jusqu'à mercredi à des tests similaires à ceux auxquels les futurs policiers sont soumis lorsqu'ils veulent entrer dans les forces de l'ordre.

Un texte de Camille Martel

Laura et Deborah, qui ont respectivement 16 et 17 ans, veulent devenir policières.

Elles ont toutes deux décidé de se joindre à la Youth Police Academy, un programme dirigé par le service de police d'Edmonton qui offre du mentorat aux jeunes qui désirent rejoindre leurs rangs.

Pour Deborah, ce choix de carrière est fait depuis longtemps. « J'ai toujours voulu devenir policière », explique-t-elle. Laura, pour sa part, était hésitante lorsqu'on lui a proposé de participer au programme.

« J'étais très intimidée par tous ces jeunes qui souhaitent devenir policiers. »

— Une citation de  Laura, 16 ans
Deborah, 17 ans, et Laura, 16 ans (de gauche à droite ), veulent toutes deux se joindre au service de police d'Edmonton.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Deborah, 17 ans, et Laura, 16 ans (de gauche à droite ), veulent toutes deux se joindre au service de police d'Edmonton.

Photo : Radio-Canada / Camille Martel

Un des agents de police qui participent au programme a conseillé à l'adolescente de se joindre au groupe. La jeune athlète fait partie de plusieurs équipes sportives et est en bonne forme physique, un atout important pour devenir policière.

Les deux adolescentes ont eu un avant-goût des tests physiques rigoureux auxquels il faut se soumettre pour être admis dans le service de police. Elles ont dû sauter par-dessus un mur, se faufiler entre des obstacles au sol et essayer d'affronter un policier faisant deux fois leur taille.

« C'était très difficile. »

— Une citation de  Deborah, 17 ans

Elles n'ont pas été découragées par le niveau de difficulté des tests et se disent toutes deux encore plus motivées par ce choix de carrière.

Pour un des agents de police d'Edmonton qui participent à l'exercice, Ben Todd, le parcours à obstacles fait vraiment ressortir l'esprit de compétition de certains jeunes.

L'agent Ben Todd, du Service de police d'Edmonton.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'agent Ben Todd du service de police d'Edmonton.

Photo : Radio-Canada / Camille Martel

« Ce qui est vraiment particulier avec cet exercice, c'est que certains élèves qui sont moins en forme que d'autres arrivent à battre des étudiants qui sont des athlètes. On remarque que le parcours fait vraiment ressortir la détermination de certains à devenir policiers. »

— Une citation de  Ben Todd, agent, service de police d'Edmonton

Le Service de police d'Edmonton a reçu plus de 100 candidatures cette année de jeunes qui ont demandé à participer au programme. Au final, 40 étudiants ont été sélectionnés pour cette troisième cohorte.

Outre les exercices physiques, les élèves auront droit à des démonstrations de plusieurs situations auxquelles les policiers doivent faire face, comme la collecte d'échantillons sur les scènes de crimes et les vols à domicile.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !