•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les priorités budgétaires de la Gaspésie : transport, transport et transport

Plusieurs ponts entre Caplan et Gaspé ont besoin de réparations afin de permettre la circulation des marchansises sur l'ensemble du tronçon soit de Matapédia à Gaspé. Pour le moment le train arrête à Caplan.

Plusieurs ponts entre Caplan et Gaspé ont besoin de réparations afin de permettre la circulation des marchansises sur l'ensemble du tronçon soit de Matapédia à Gaspé. Pour le moment le train arrête à Caplan.

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Radio-Canada

Bien que les attentes soient très élevées en Gaspésie en vue du budget provincial qui sera présenté mardi à l'Assemblée nationale du Québec, c'est le réinvestissement dans les infrastructures de transport qui demeurent le plus attendu.

Un texte de Joane Bérubé

La préfète de la MRC de Rocher-Percé, Nadia Minassian, espère bien que Québec, propriétaire depuis bientôt deux ans du rail gaspésien, allonge les premières tranches du montant de 86 millions de dollars nécessaires pour assurer la circulation du train entre Matapédia et Gaspé.

Le convoi de pales d'éoliennes à New RichmondAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le convoi de pale d'éolienne à New Richmond

Photo : Radio-Canada / Pierre Cotton

Tous les élus de la Gaspésie se sont entendus pour demander prioritairement le rétablissement du train de marchandises, de manière à assurer le transport par wagon des pales d’éoliennes de l’usine LM Wind Power de Gaspé vers les États-Unis.

Nadia Minassian ajoute que tous les moyens de transport ont besoin de soutien dans la région.

Le transport est aussi la principale préoccupation du député de Gaspé, Gaétan Lelièvre. Selon lui, Québec devrait aussi réinvestir dans le transport aérien. « Ce serait bien d’avoir un programme d’infrastructures pour le service aérien, et, pourquoi pas, une aide gouvernementale pour favoriser des initiatives régionales pour diminuer le coût du billet. »

Cette demande trouve aussi écho à la Chambre de commerce et de tourisme de Gaspé où le directeur Olivier Nolleau en fait sa priorité.

Passagers qui embarquent dans un avion à l'aéroport de Gaspé.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Aéroport de Gaspé

Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Pour lui, il est inconcevable qu’un pays développé comme le Canada ne puisse avoir une desserte régionale aérienne accessible et sécuritaire. « Actuellement, note M. Nolleau, on a un billet d’avion qui est beaucoup trop cher, il faut favoriser un billet moins cher et aussi travailler pour diminuer le nombre de vols annulés à cause de la météo. »

Le directeur de la Chambre de commerce ajoute que Québec devrait aussi revoir la taxation sur les billets d’avion.

Bois d'oeuvre et soutien aux régions

De son côté, le député de Bonaventure et porte-parole du Parti québécois en matière de forêt, de faune et de parcs, Sylvain Roy, croit que Québec devra ouvrir ses goussets pour aider le secteur forestier.

Le député demande un budget spécial pour les entreprises qui vivront sous peu une importante crise de liquidités lors de l’imposition probable d’une surtaxe sur les exportations de bois d’œuvre.

Usine de Bois BSL (archive)Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Usine de Bois BSL (archive)

Photo : Radio-Canada

L’industrie, notamment les producteurs forestiers privés, est aussi aux prises avec une nouvelle épidémie de la tordeuse du bourgeon de l’épinette. « On considère, indique le député, que la tordeuse est une catastrophe naturelle qui nécessite une aide importante pour les propriétaires de lots privés. »

Le député de Matane-Matapédia et leader de l’opposition officielle, Pascal Bérubé, abonde dans le même sens. M. Bérubé rappelle l'importance de secteur comme l’industrie du bois.

Il espère aussi voir des investissements en développement régional. « Le gouvernement, souligne le député, a l’occasion de se rattraper en soutenant l’industrie forestière, mais aussi l’emploi en région notamment en réintroduisant les avantages fiscaux qui existaient auparavant pour certaines régions. »

La préfète de la MRC du Rocher-Percé souhaite aussi que le gouvernement pense un peu plus aux régions. Elle aimerait que Québec reconduise le fond d'aide aux initiatives régionales. Mme Minassian croit que ce fonds de 6 millions de dollars devrait être géré par les MRC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Économie