•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveaux investissements en tourisme : la Gaspésie à l’affût

Des croisiéristes apprécient la forte présence des baleines dans la baie de Gaspé. forillon rorqual

Des croisiéristes apprécient la forte présence des baleines dans la baie de Gaspé.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Radio-Canada

Pour la directrice de l'Association touristique régionale (ATR), Joëlle Ross, la région ne peut que se réjouir d'un investissement de 70 millions de 2017 à 2020 pour développer le tourisme. Reste maintenant à voir comment nos entreprises y auront accès.

Un texte de Joane Bérubé

Québec axera son action selon cinq volets, soit le soutien au tourisme hivernal, aux événements, aux activités nordiques et maritimes ainsi qu’au tourisme tourné vers la nature et l’aventure.

Ski hors piste dans le parc de la GaspésieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ski hors piste dans le parc de la Gaspésie

Photo : Pierre Carbonneau

Ces volets font tous partie de l’offre touristique de la Gaspésie, relève la ministre du Tourisme, Julie Boulet. « Vous êtes chanceux, dit-elle, ce n’est pas toutes les régions du Québec qui ont ce privilège. »

La ministre Boulet croit que sa stratégie sera d’ailleurs un levier important pour toutes les régions du Québec.

Les réjouissances sont aussi de mise à la Chambre de commerce et de tourisme de Gaspé où le directeur, Olivier Nolleau, a enfin l’impression que le gouvernement prend l’industrie touristique au sérieux. « Ça fait du bien parce que pendant un long moment cette industrie n’a pas été reconnue », commente M. Nolleau.

La Chambre de commerce croit que plusieurs entreprises sauront profiter de ces nouveaux fonds pour allonger leur saison ou améliorer leurs infrastructures.

Jusqu’à maintenant plusieurs des efforts de diversification du secteur touristique de la Chambre de commerce se sont portés vers le développement du tourisme automnal, mais, au regard des nouvelles orientations gouvernementales, il y aussi de la place en saison hivernale, assure M. Nolleau.

On a la vive intention de travailler avec nos membres pour saisir la balle au rebond pour profiter de ces programmes. Faut pas laisser le bateau passer.

Olivier Nolleau, directeur de la Chambre de commerce et de tourisme de Gaspé

Retour du programme de partenariat

Une somme de 12 millions de dollars est d’ailleurs réservée à un soutien aux initiatives régionales, souligne Mme Boulet. « Il s’agit d’une entente de partenariat un pour un, qui n’était plus accessible au cours des deux dernières années », souligne Joëlle Ross de l’ATR, qui se réjouit du retour de ce programme.

Pour compenser, l’Association touristique de la Gaspésie avait maintenu et financé sa propre version du programme avec un budget réduit. Le réinvestissement de 12 millions de Québec, qui se traduira par un versement de 130 000 $ par année pour trois ans, fera grimper l’enveloppe annuelle d’aide aux entreprises à 230 000 $ avec la contribution de l’ATR.

L’argent vient soutenir des projets d’infrastructures qui consolident l’offre d’hébergement.

Des entreprises d’hiver seront sans doute intéressées à présenter des projets, suppose Mme Ross, mais cela prendra quelques semaines avant de voir qui sera admissible.

Appelée à commenter le développement du tourisme hivernal, Joëlle Ross croit que la région pourrait y voir quelques occasions. Si la Gaspésie est le royaume de la motoneige, le ski hors-piste s’annonce très prometteur auprès de la clientèle des 30 à 40 ans, croit la porte-parole de l’ATR.

Soutien aux événements

Spectacle du duo montréalais Milk and Bone tôt le matin dans le Parc national Forillon. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Spectacle du duo montréalais Milk and Bone tôt le matin dans le Parc national Forillon.

Photo : Radio-Canada / CBC

Plus d’une cinquantaine de nouveaux événements seront admissibles à un soutien financier grâce aux fonds de 35 millions de dollars annoncés plus tôt cet hiver, estime la ministre. L’argent de la stratégie viendra consolider les infrastructures de ces organisations ou aider à l’hébergement et à l’accueil pour mieux structurer l’offre touristique dans le cadre d’un événement.

Des événements, comme le Raid international Gaspésie ou la Traversée de la Gaspésie, qui profitent d’un rayonnement international important, mais qui ne pourront jamais disposer d’une grande capacité d’accueil, pourront faire l’objet de discussions particulières quant à leur financement.

Le Raid international GaspésieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Raid international Gaspésie

Photo : Courtoisie Raid international Gaspésie

C’est d’ailleurs le cas du Raid, indique Julie Boulet. « On est conscient de la vitrine et des retombées de ces événements pour la Gaspésie. »

Et Percé...

Par ailleurs, la question du transport est aussi une préoccupation pour la ministre Boulet qui rappelle qu’un comité interministériel est actuellement à la recherche de solutions pour faciliter l’accès au transport aérien en région.

De nombreux touristes étrangers, qui visitent Montréal ou Québec, profiteraient, croit-elle, d’une meilleure desserte aérienne pour visiter des régions comme la Gaspésie où l’offre touristique est vraiment différente.

Le quai de Percé a été malmené à plusieurs reprises cet hiver et par les années passées.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le quai de Percé a été malmené à plusieurs reprises cet hiver et par les années passées.

Photo : Courtoisie Ariane Aubert Bonn

Quant au secteur de Percé, la ministre Boulet est bien consciente des besoins, assure-t-elle. « On est très conscient, poursuit Mme Boulet, que ces infrastructures sont déterminantes chez vous. On ne peut pas dire, on a un produit d’appel qui est le rocher Percé et ne pas être capable d’installer des infrastructures pour l’observer ou s’en approcher. »

La ministre précise que l’importance de l’engagement financier requiert la participation de plusieurs ministères, mais que les discussions vont bon train.

Est du Québec

Tourisme