•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les popotes roulantes à l'ère du vieillissement de la population

Le reportage d'Anne-Andrée Daneau
Radio-Canada

La semaine des popotes roulantes s'amorce pour faire connaître et reconnaître le service à domicile qui a plus d'un demi-siècle. L'initiative menée auprès des aînés serait plus pertinente que jamais dans un contexte où le quart de la population en Mauricie a plus de 65 ans.

Le regroupement des popotes roulantes a fêté ses 50 ans en 2016. L'initiative permet à des gens, en perte d'autonomie, de rester dans leur maison le plus longtemps possible.

Au-delà du repas, le contact humain aide à briser la solitude. Pour les bénévoles, c'est aussi une façon de s'assurer que les bénéficiaires sont en sécurité.

« Il arrive parfois des situations d'urgence. Les bénévoles arrivent sur les lieux, le bénéficiaire est tombé, ça fait quelque temps qu'il est là, il n'y avait personne qui s'en est rendu compte. Alors ça arrive qu'on soit là aussi pour prendre soin des personnes », explique Audrey Blier.

Une bénévole du réseau panquébécois des popotes roulantesUne bénévole du réseau panquébécois des popotes roulantes. Photo : Radio-Canada

Les popotes roulantes desservent majoritairement les personnes âgées, mais toute personne dans le besoin peut faire appel au service à domicile.

« Peu importe l'âge de la personne, ça peut être une perte d'autonomie qui est temporaire ou permanente. Une personne en convalescence par exemple, on peut l'aider temporairement aussi », dit l'agente de service au maintien à domicile au Centre d'action bénévole Laviolette, Audrey Blier.

Une initiative appréciée

Plus de 260 bénévoles donnent de leur temps, en cuisine ou en voiture, afin d'assurer la livraison de 25 000 repas chauds ou congelés annuellement dans la région.

C'est un petit geste pour ces personnes qui se déplacent trois fois par semaine, mais une nécessité pour plusieurs bénéficiaires qui n'ont plus la capacité de préparer un bon repas.

« J'ai un cancer et il y a des périodes où j'ai des baisses d'énergie, explique le bénéficiaire Daniel Berthiaume. Me faire à manger, ça me demande une énergie tellement folle! J'en suis incapable », confie-t-il.

Au Québec, plus de deux millions de repas sont livrés chaque année directement chez les bénéficiaires. En Mauricie et au Centre-du-Québec, 13 000 personnes peuvent rester à la maison grâce au service.

D'après les renseignements d'Anne-Andrée Daneau

Mauricie et Centre du Québec

Société