•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Course à la direction du NPD : un deuxième débat qui ratisse large

[De gauche à droite] Guy Caron, Charlie Angus, Niki Ashton et Peter Julian ont pris part à un deuxième débat, à Montréal, dans le cadre de la course à la direction du NPD.
[De gauche à droite] Guy Caron, Charlie Angus, Niki Ashton et Peter Julian ont pris part à un deuxième débat, à Montréal, dans le cadre de la course à la direction du NPD. Photo: La Presse canadienne / Graham Hughes
La Presse canadienne

Les quatre aspirants chefs du Nouveau Parti démocratique (NPD) ont débattu dimanche, à Montréal, sur les enjeux relatifs à la jeunesse, à l'environnement et à la légalisation de la marijuana tout en faisant front commun contre le gouvernement libéral de Justin Trudeau.

Cette deuxième joute entre les candidats est demeurée cordiale : il n'y a pas eu d'attaque, de piège, ou d'échanges acrimonieux.

Les députés Guy Caron, du Québec, Charlie Angus, de l'Ontario, Niki Ashton, du Manitoba, et Peter Julian, de la Colombie-Britannique, ont débattu respectueusement dans les deux langues officielles sur plusieurs enjeux, notamment sur l'éducation et l'emploi.

Plusieurs candidats ont martelé leur intention d'abolir des frais de scolarité pour les études postsecondaires.

« Nous nous sommes battus pour les soins de santé gratuits; il est maintenant temps de se battre pour la gratuité scolaire », a déclaré Peter Julian.

Guy Caron a fait valoir que son idée d'adopter un revenu de base allait aider encore davantage les jeunes qui doivent aussi parfois payer un loyer.

« J'insiste sur l'idée du revenu de base, ça va venir compléter et diminuer la dépendance aux prêts étudiants », a-t-il expliqué alors qu'il échangeait avec Niki Ashton.

Mme Ashton a quant à elle plaidé que le gouvernement fédéral devait cesser « d'exploiter les étudiants » en engrangeant des millions de dollars en intérêts sur les frais de scolarité.

Les candidats se sont aussi prononcés sur la légalisation de la marijuana, ce qui a donné lieu à plusieurs attaques contre le premier ministre Justin Trudeau.

« Je ne crois pas que Trudeau va légaliser la marijuana », a lancé Peter Julian.

Les enjeux sociaux au coeur des débats

Les néo-démocrates ont aussi dénoncé la précarité des emplois pour les jeunes.

« La précarité dans l'emploi, ce n'est pas normal », a martelé Charlie Angus, reprochant au ministre des Finances, Bill Morneau, d'avoir déclaré que les jeunes devaient s'habituer à la précarité.

Sur l'environnement, le bilan du gouvernement Trudeau a aussi été dénoncé par les quatre candidats.

« On a des obligations internationales pour diminuer la production de gaz à effet de serre », a affirmé M. Angus, accusant Justin Trudeau de « s'être fait passer pour un écologiste pendant la campagne électorale ».

Les néo-démocrates ont aussi abordé la situation du déficit au pays, les conditions de vie des Autochtones et la loi antiterroriste adoptée sous l'ancien gouvernement Harper que le gouvernement Trudeau n'a pas encore modifiée.

« Les libéraux ont brisé une autre promesse. C'est une attaque contre nos moeurs démocratiques », a déploré M. Julian.

Les quatre candidats souhaitent succéder à Thomas Mulcair, qui s'est fait montrer la porte par ses membres l'an dernier après les résultats électoraux décevants de l'automne 2015.

Plusieurs autres débats sont prévus prochainement à Sudbury, Halifax, Saskatoon, puis à Vancouver.

La course à la direction du NPD n'en est qu'à ses balbutiements. L'appel de candidatures est toujours ouvert; les aspirants chefs ont jusqu'au 3 juillet prochain pour postuler. Le prochain chef ne sera connu qu'en octobre.

En février, un député du NPD ontarien, Jagmeet Singh, avait avoué au réseau CBC être en « sérieuse réflexion » quant à une éventuelle candidature.

Politique