•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La dernière quête de Gord Downie

Gord Downie avec la famille de Chanie Wenjack
Gord Downie avec la famille de Chanie Wenjack Photo: Antica Productions
Radio-Canada

« Nous devons trouver un moyen d'aider nos amis dans le Nord. Je ne dis pas que c'est ma mort qui va accomplir cela, mais ça me met dans une position où je peux avoir de l'attention. » Voilà le cri du coeur de Gord Downie, le chanteur du groupe The Tragically Hip, atteint d'un cancer incurable, qui tient à raconter la triste histoire des pensionnats autochtones.

Un texte de Marc-Yvan Hébert de Second Regard

Gord Downie a lancé, en octobre dernier, une oeuvre qui porte sur un jeune Autochtone mort en 1966 après s’être enfui d’un pensionnat autochtone. Avec cette initiative, qui pourrait bien être sa dernière, le chanteur s'est donné pour mission de raconter la fin tragique de Chanie Wenjack.

Secret Path (Le sentier secret) se décline en disque, en roman graphique et en film d’animation. Le but de Gord Downie : faire connaître, d’un bout à l’autre du pays, la dure réalité des pensionnats autochtones, afin de rapprocher le Canada de ses Premières Nations.

Gord Downie en spectacle au Centre national des ArtsLe spectacle « Secret Path » au Centre national des Arts à Ottawa, le 15 octobre 2016 Photo : Antica Productions

Une mort tragique

Chanie Wenjack était un jeune Ojibwé d’Ogoki Post, dans le nord de l’Ontario. À 9 ans, il a été arraché à sa famille, puis envoyé à un pensionnat à Kenora, qui était sous la tutelle de l’Église presbytérienne.

Chanie WenjackChanie Wenjack Photo : Famille Wenjack

Dans cet établissement, plusieurs enfants ont été victimes d’agressions physiques et sexuelles.

En octobre 1966, Chanie s’est enfui avec deux autres garçons, des frères. Ils se sont rendus chez l’oncle de ceux-ci, qui habitait à une trentaine de kilomètres du pensionnat. Après quelques jours, Chanie a décidé de retourner chez lui à pied, un trajet de 600 kilomètres.

Carte montrant la distance entre Okogi Post et KenoraChanie Wenjack a tenté de marcher d'Ogoki Post à Kenora, un trajet de 600 kilomètres. Photo : Radio-Canada

Vêtu d’un coupe-vent et ayant seulement quelques allumettes en poche, il a marché le long du chemin de fer vers le nord, affrontant les nuits glaciales et les intempéries d’automne. Son corps sans vie a été retrouvé deux jours plus tard, près de la voie ferrée. Une autopsie a révélé que Chanie est mort de froid.

Le Centre national pour la vérité et réconciliation, à Winnipeg, a répertorié 35 cas de jeunes, comme Chanie, qui sont morts après s’être enfuis des pensionnats.

Ils s’ennuyaient de chez eux, ils étaient abusés, violés. Et ils voulaient sortir de là. Nous devrions tous nous poser la question : "Pourquoi ces enfants voulaient-ils s’enfuir autant?"

Ry Moran, directeur du Centre national pour la vérité et réconciliation
La tombe de Chanie (Charles) Wenjack couverte d'herbesLa tombe de Chanie (Charles) Wenjack Photo : Antica Productions

Un article, l’inspiration de Downie

En 2012, Gord Downie découvre l’histoire de Chanie dans un article de la revue Maclean's, paru en 1967. L’histoire du garçon touche profondément le parolier, qui s’en inspire pour écrire 10 poèmes.

L'article qui a inspiré Gord Downie.L'article qui a inspiré Gord Downie. Photo : Radio-Canada

L’année suivante, deux musiciens – Dave Hamelin, de l’ancien groupe The Stills, et Kevin Drew – contactent Gord Downie pour faire un album solo. Ce dernier leur propose ses textes sur le jeune Chanie Wenjack.

Ils enregistrent un album de 10 chansons, qui ne devait paraître qu’en octobre 2016, pour marquer le 50e anniversaire de la mort du garçon.

Un cri du coeur

Mais au printemps 2016, une nouvelle secoue le Canada : Gord Downie est atteint de glioblastome, une tumeur inopérable au cerveau . La maladie n’a fait qu’amplifier le désir de Gord Downie de faire connaître les atrocités que le Canada a infligées à ses Premières Nations.

C’est la seule chose que je veux faire maintenant. Le reste n’a pas d’importance.

Gord Downie

Lors du dernier concert de The Tragically Hip, en août 2016, il a imploré ses concitoyens à tout faire pour que le Canada puisse se réconcilier auprès de ses Premières Nations.

Gord Downie lors de son spectacle « Secret Path »Gord Downie lors de son spectacle « Secret Path » Photo : Antica Productions

Quelques semaines plus tard, Gord Downie s’est rendu à Ogoki Post, en Ontario, pour rencontrer les trois soeurs de Chanie Wenjack. C’était pour leur présenter l’album, le livre et le film Secret Path avant le lancement officiel.

Mon plus grand espoir, c’est que le reste du monde comprenne ce qui s’est passé au Canada. Mais il faut aussi que la guérison se poursuive.

Pearl Wenjack, soeur de Chanie

Le 15 octobre 2016, la famille Wenjack était au Centre national des Arts, à Ottawa, pour la première du spectacle Secret Path.

Gord Downie et Pearl WenjackGord Downie et Pearl Wenjack Photo : Antica Productions

Gord Downie a ensuite présenté son spectacle à trois reprises, devant plusieurs milliers de spectateurs.

Les revenus de ces concerts et de la vente de l’album Secret Path (Nouvelle fenêtre) seront versés au Centre national pour la vérité et réconciliation.

Voyez le reportage à l'émission Second Regard, dimanche, à 13 h 30, à ICI Radio-Canada Télé.

Autochtones

Société