•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président Trump approuve le projet d'oléoduc Keystone XL

Le reportage de Laurence Martin
Radio-Canada

Huit ans et six mois après le dépôt d'une demande de permis par TransCanada, le projet d'oléoduc Keystone XL obtient le feu vert du gouvernement américain. Donald Trump a confirmé ce matin l'octroi à la société canadienne du permis présidentiel par le département d'État pour construire l'oléoduc Keystone XL.

« Je suis heureux d’annoncer l’approbation officielle du permis présidentiel pour l’oléoduc Keystone XL », a dit le président Trump au cours d’une déclaration faite à la Maison-Blanche en compagnie du président et directeur général de TransCanada, Russell Girling.

« C’est un grand jour pour l’emploi aux États-Unis », a affirmé M. Trump en ajoutant que son administration travaillait à « régler les derniers détails » de l’entente. « TransCanada sera finalement autorisée à compléter ce projet qui a déjà pris trop de retard », a-t-il poursuivi en précisant que le pipeline sera équipé de la dernière technologie en la matière.

« Il est plus sécuritaire d’avoir un oléoduc que d’utiliser d’autres moyens de transport », a ajouté M. Trump en reprenant un argument de TransCanada. « Ce n’est que le premier projet d’infrastructure de notre administration », a-t-il promis.

La construction de l’oléoduc permettra à TransCanada d’acheminer quotidiennement l’équivalent de 800 000 barils de pétrole vers les raffineries des États-Unis. L’infrastructure permettra aux États-Unis de réduire leur dépendance aux importations de pétrole de l’étranger.

« C’est une étape importante pour le projet Keystone », s’est pour sa part réjoui le président de TransCanada, Russell Girling. « Nous apprécions grandement la décision de l’administration Trump d’avoir revu et approuvé cette importante initiative [ …] qui va renforcer les infrastructures énergétiques de l’Amérique du Nord. »

En vert, le tracé du nouveau pipeline Keystone XL proposé, qui relierait l'Alberta au golfe du Mexique, et en gris, le tracé du pipeline existant.En vert, le tracé du nouveau pipeline Keystone XL proposé, qui relierait l'Alberta au golfe du Mexique, et en gris, le tracé du pipeline existant. Photo : Radio-Canada

TransCanada obtient ainsi le permis tant convoité, près de 10 ans après avoir soumis sa première demande. Son obtention coïncide avec l’arrivée à la Maison-Blanche de Donald Trump, qui s’était prononcé en faveur du projet au cours de la campagne présidentielle.

M. Trump avait promis de relancer le projet d'oléoduc de TransCanada long de 1900 kilomètres, dont 1400 aux États-Unis.

Le département d’État avait estimé, dans un rapport publié il y a deux ans, que l’oléoduc entraînerait la création de 42 000 emplois directs et indirects au cours de sa construction.

L’infrastructure générera par la suite quelque 50 emplois permanents dans sa phase d’exploitation.

Le gouvernement Trudeau « heureux »

« Notre gouvernement a toujours appuyé le projet d’oléoduc Keystone XL et nous sommes heureux de la décision américaine », a déclaré le porte-parole du ministre canadien des Ressources naturelles, Alexandre Deslongchamps. « Keytsone XL va créer des milliers de bons emplois pour la classe moyenne canadienne au cours de sa construction. »

L’importance d’un marché énergétique commun et continental ne saurait être exagérée.

Le bureau du ministre Jim Carr

« Rien n’est plus essentiel à l’économie américaine qu’un accès à une source d’énergie fiable et sécuritaire, a-t-il poursuivi. Le Canada représente cette source, comme le souligne l’oléoduc qui aidera les États-Unis à sécuriser leurs approvisionnements énergétiques et à atteindre leur objectif d’indépendance énergétique. »

« C’est un projet important pour créer des emplois au Canada et de la croissance économique », a affirmé le premier ministre canadien, Justin Trudeau, de passage à Boisbriand. « Nous reconnaissons également que l’une des priorités [des États-Unis] consiste à assurer une source d’énergie fiable avec leurs partenaires. »

Questionné sur la viabilité du projet, maintenant que le prix du pétrole a beaucoup diminué depuis son élaboration il y a 10 ans, M. Trudeau a dit que c’était « à l’industrie d’évaluer ces aspects ».

Nous, en tant que gouvernement, nous reconnaissons qu’une de nos responsabilités de base, c’est de permettre à nos ressources de se retrouver dans les marchés, et ce, de façon fiable et responsable.

Justin Trudeau

M. Trudeau a rappelé que son gouvernement avait autorisé plusieurs projets d’oléoducs et que d’autres verront également le jour. « L’impact du marché, l’impact des prix, le projet d’affaires des compagnies » détermineront les projets qui seront autorisés.

Lors de la relance de Keystone XL, en janvier dernier, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, avait réitéré son appui au projet d'oléoduc.

Les Premières Nations entendent bien faire obstacle à Keystone

La réaction de plus de 120 Premières Nations du Canada et des États-Unis, qui ont signé le Traité autochtone contre l’expansion des sables bitumineux (Nouvelle fenêtre), ne s’est pas fait attendre.

Les Premières Nations ont promis de lutter contre cet oléoduc. « Le gouvernement Trudeau ne devrait pas être en train d’appuyer cette tentative de Trump et TransCanada d’outrepasser l’opposition féroce contre ce projet, laquelle opposition avait fini par convaincre le président Obama de refuser le projet », a déclaré le grand chef du conseil mohawk de Kanesatake, Serge Simon.

La lutte contre Keystone XL ne fait que commencer et ça ne sera pas juste aux États-Unis. Trump et Trudeau peuvent s’attendre à de la résistance partout sur le continent.

Le grand chef du conseil mohawk de Kanesatake, Serge Simon

Outre Keystone XL, les Premières Nations ont aussi dénoncé les projets Kinder Morgan, Ligne 3, Énergie Est et Northern Gateway. Elles veulent ainsi protéger l’eau, les côtes et le climat.

Encore quelques obstacles à lever

Des tuyaux empilés, sur un terrain en Oklahoma, prêts à être assemblés pour la construction du projet Keystone.Cette image de février 2012 montre des tuyaux prêts à être assemblés pour la construction du projet Keystone. Photo : La Presse canadienne / AP Photo/Sue Ogrocki

Donald Trump a relancé le projet le 24 janvier dernier en signant un décret quatre jours seulement après son investiture. Le président assurait à ce moment qu'il créerait des milliers d’emplois.

L’administration Trump, qui avait donné 60 jours au département d’État pour se prononcer sur la demande d’autorisation formulée par TransCanada, entend ainsi se démarquer en réalisant rapidement de grands projets dont les procédures de validation prennent normalement plusieurs années.

Le secrétaire d’État américain, Rex Tillerson, s’était retiré du processus d’approbation de l'oléoduc en raison de son passé à la direction de la société Exxon Mobil, une entreprise pétrolière qui détenait des investissements dans les sables bitumineux de l'Alberta.

Ancien magnat de l’immobilier, Donald Trump avait promis des investissements de 1000 milliards de dollars sur une période de 10 ans dans la réalisation de grands travaux. « Cela correspond parfaitement à la stratégie globale du président en matière d'infrastructures », a commenté un haut responsable de l'administration.

Le permis présidentiel obtenu n’est toutefois pas garant d’une mise en chantier rapide de l’oléoduc pour TransCanada, puisque la société doit compléter le financement de l’infrastructure, obtenir les nombreux permis locaux et prévenir les recours prévisibles.

Les écologistes lutteront contre le projet en rappelant notamment que le président Barack Obama l'avait bloqué en se basant sur un rapport négatif qui mentionnait ses impacts sur l’environnement. Les militants devraient ainsi réclamer une nouvelle étude avant que le projet soit mis en chantier.

Les organisations écologistes promettent aussi de poursuivre leur lutte à l'aide de pétitions et de manifestations. « Nous utiliserons tous les moyens à notre disposition », a promis la présidente du Natural Resources Defense Council, Rhea Suh.

La quête des permis s’annonce également difficile. « Le permis présidentiel n'est qu'une partie des permis qu'il faudra obtenir au niveau fédéral, au niveau des États et au niveau local », explique un membre du cabinet juridique Dorsey & Winney, Fred Jauss. « D'autres agences fédérales comme le Corps du Génie, les commissions de régulation des États et même les conseils locaux pourraient avoir des exigences. »

« En outre, TransCanada pourrait devoir conclure des accords avec des centaines de propriétaires potentiellement affectés par le tracé du pipeline », poursuit l’avocat.

Dans le sillage d'Obama

Le projet controversé avait été bloqué par le veto de l’ancien président Barack Obama en novembre 2015. M. Obama s’y opposait pour des raisons écologiques.

« Transporter du pétrole brut plus sale jusque dans notre pays ne renforce pas la sécurité énergétique des États-Unis », avait-il justifié, à quelques semaines de la conférence de Paris sur le climat.

Souhaitant faire de son opposition à Keystone XL un symbole fort, M. Obama avait précisé que l’approbation d’un tel projet aurait affaibli le leadership américain au cours de cette conférence climatique.

L'ex-président démocrate avait également affirmé que le projet, évalué à 8 milliards de dollars, nuirait aux efforts des Américains pour atteindre les cibles de la convention internationale sur les changements climatiques de Paris.

L'oléoduc vise à transporter le pétrole des sables bitumineux albertains jusqu'au Nebraska, où il rejoindrait ensuite d'autres pipelines alimentant des raffineries dans le golfe du Mexique et en Illinois.

 
Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Manitoba

International