•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un jeune exilé de l’Ouest fonde sa propre entreprise à Atholville

Radio-Canada

Un jeune Néo-Brunswickois confronté au ralentissement dans l'industrie pétrolière en Alberta a fondé sa propre entreprise à Atholville, dans le nord du Nouveau-Brunswick.

Soudeur de formation, Jake Woods, 27 ans, a travaillé dans l’Ouest canadien pendant un certain temps.

Mais lorsque les prix du pétrole ont chuté et que les mises à pied se sont multipliées dans l’industrie des sables bitumineux, il a ouvert, il y a un peu plus d’un an, une entreprise qui se spécialise en soudure, en mécanique industrielle et en installation de portes de garage.

J'ai commencé tout seul, moi puis un gars dans mon garage avec un “truck”, puis là je suis rendu avec cinq gars puis quatre “trucks”, puis on a grossi pas mal vite, plus vite qu'on pensait

Jake Woods, entrepreneur

Ses employés sont, comme lui, des gens de la région de Campbellton qui étaient partis gagner leur vie dans l’Ouest.

Un contexte démographique difficile

L’exode des travailleurs et des jeunes est d’ailleurs une réalité incontournable depuis de nombreuses années, dans le nord du Nouveau-Brunswick. La région du Restigouche a perdu 5 % de sa population de 2011 à 2016, selon les données du dernier recensement.

Jake Woods a ramené avec lui cinq autres travailleurs de l'Ouest canadien.Jake Woods a ramené avec lui cinq autres travailleurs de l'Ouest canadien. Photo : Radio-Canada

En dépit de ce portrait peu reluisant, Jake Woods croit avoir pris la bonne décision en revenant au bercail.

« Le gouvernement, oui, il pourrait nous aider, mais c'est à nous autres même de le faire, plaide-t-il. C'est nous autres, les jeunes. Prends la chance, informe-toi, commence! Ce n’est pas en attendant quelqu'un que ça va [s’améliorer] ici. Il faut qu'on le fasse nous autres même! »

La grande partie des services qu’il offre sont réalisés directement chez ses clients, un peu partout dans les Maritimes et au Québec.

Il a fait beaucoup de démarchage pour faire connaître ses services.

« On est sorti, on a cogné à des portes puis on n'a pas attendu que l'ouvrage vienne à nous autres, nous autres on [est allé] chercher pour. On est mobile, ça fait qu’on n'a pas besoin d'être à Campbellton. »

Jake Woods est soudeur de formation.Jake Woods est soudeur de formation. Photo : Radio-Canada

Il a bon espoir de réussir à retenir ses employés dans la région. La recette, selon lui, c’est de leur offrir des salaires et des conditions de travail corrects.

La mairie impressionnée

Le maire d’Atholville, Michel Soucy, se dit impressionné par ce jeune entrepreneur ambitieux. Il souhaite que d’autres jeunes suivent son exemple.

« Il a été vivre cette expérience-là à l'extérieur, puis il revient et en plus, il ramène ses amis avec lui et il dit : “Hé, il y a quelque chose au Restigouche, il y a quelque chose chez nous là! »

Michel Soucy, maire d'AtholvilleMichel Soucy, maire d'Atholville, souhaite que d'autres jeune imitent Jake Woods. Photo : Radio-Canada

Jake Woods, lui, est content de sa décision et dit l'avoir prise principalement pour sa petite fille de deux ans.

« Tout pour elle, tout pour ma famille. C'est ça, dans le fond : je veux avoir de quoi [laisser] à ma petite fille. Puis où [...] j'étais avant ça, j'aurais rien eu!

D'après un reportage de François Vigneault

Nouveau-Brunswick

Emploi