•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entrée à l’hôpital avec un mal de gorge, elle en sort amputée d’un bras et des deux jambes

Cari Kirkness

La Winnipégoise Cari Kirkness est entrée à l’hôpital avec un mal de gorge et s'est réveillée amputée d’un bras et des deux jambes.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une Winnipégoise qui croyait souffrir d'une grippe a dû être amputée des deux jambes et du bras droit quand il s'est avéré qu'elle souffrait d'une infection au streptocoque de type A, aussi connue sous le nom de bactérie mangeuse de chair.

Un texte de Catherine Logan

Cari Kirkness dit que l’infection s’est manifestée de façon assez normale : « J’avais mal à la gorge, mal aux oreilles, un mal de tête et des douleurs musculaires. »

Toutefois, après trois jours, une ecchymose bizarre est apparue sur son bras. La femme a donc décidé de se présenter dans une clinique de soins rapides, où un médecin a fait un prélèvement bactérien à la gorge, tout en lui disant de « prendre son mal en patience », raconte-t-elle.

« J’avais d’immenses taches rouges et bordeaux tout le long de mon bras. Et la douleur a vraiment empiré dans la nuit », se souvient-elle.

Le lendemain, la mère de Cari Kirkness a accompagné sa fille aux urgences de l’Hôpital Victoria, où elles ont attendu six heures avant de voir un médecin. La femme de 28 ans souffrait de douleurs atroces dans son bras empourpré, ce qui constitue un des principaux symptômes d’une infection à la bactérie mangeuse de chair.

Quand Mme Kirkness a finalement vu un médecin, ce dernier lui a diagnostiqué une « infection envahissante par le streptocoque du groupe A fasciite nécrosante », soit la maladie de la bactérie mangeuse de chair, et a ordonné que la patiente soit transférée à un hôpital plus en mesure de traiter ce genre d’infection dangereuse.

D'urgence en urgence

Arrivée au Centre des sciences de la santé, la mère de deux enfants a été accueillie par une douzaine de professionnels qui l’ont transportée précipitamment dans un endroit clos pour évaluer sa santé ainsi que la progression de l’infection.

Les médecins ont jugé qu’une chirurgie d’urgence serait la meilleure solution. Pendant l’opération, les chirurgiens ont amputé le bras droit de Cari Kirkness, ainsi que la partie inférieure de sa jambe gauche, où couvait également l’infection, et où les bactéries commençaient déjà à proliférer.

Après l’intervention chirurgicale, à la suite de la défaillance de plusieurs de ses organes, elle a été placée sous assistance respiratoire.

C’était tellement horrible de voir ma maman. Elle avait un visage très rond et enflé.

Une citation de : Chaz Kirkness, 11 ans, fils de Cari

Durant l’opération, des membres de la famille et d’autres proches sont arrivés de The Pas, une communauté située à 550 km au nord-ouest de la capitale manitobaine, pour veiller et apporter un soutien à la matriarche de la famille, Loretta Kirkness, et aux deux fils de Cari.

Les médecins nous ont dit qu’ils ne s’attendaient pas à ce qu’elle passe la nuit.

Une citation de : Loretta Kirkness, mère de Cari Kirkness

La jeune mère a réussi à passer la nuit et était toujours branchée sur un respirateur le lendemain quand les médecins ont remarqué des signes d’infection dans sa jambe droite.

Loretta Kirkness raconte que les médecins lui ont demandé si elle voulait qu’ils amputent l’autre jambe de sa fille, ou si la famille voulait tout simplement « la laisser partir ».

« C’était facile comme bonjour. Nous lui avons dit : "Non, amputez la jambe, nous choisissons la vie. Nous ne voulons pas qu’elle nous quitte" », affirme-t-elle.

Cari Kirkness et ses deux fils Andrew (gauche) et Chaz, avant l'infection à la bactérie mangeuse de chairAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cari Kirkness est ses deux fils Andrew (gauche) et Chaz, avant l'infection de bactérie mangeuse de chair

Photo : Cari Kirkness

Un mois après l'opération, Cari Kirkness espère bientôt quitter l’hôpital et être placée dans un centre de réadaptation, où elle pourra renforcer les muscles de son cou et du bras qu’il lui reste.

Après des semaines d'alitement, les muscles du cou de la jeune mère sont si affaiblis qu’ils ne sont pas en mesure de supporter le poids de sa tête.

Toutefois, soutenue par des oreillers, elle rit de bon coeur et attribue son rétablissement à sa famille – notamment à ses deux fils. « Je ne suis pas fâchée. Je suis toujours avec mes bébés. Et j’ai encore un bras pour les embrasser, leur donner des câlins. Parce que les enfants, ils ont besoin de ça, des câlins de leur maman », conclut-elle.

Les streptocoques : bactéries difficiles à dépister

L’angine streptococcique et la fasciite nécrosante sont toutes deux causées par une bactérie streptocoque du groupe A. D’autres souches de ce groupe de bactéries sont responsables d’autres maladies, dont la scarlatine, l’impétigo, le syndrome du choc toxique et des infections du coeur.

« En fait, c’est la souche qui déterminera le genre d’infection que la bactérie streptocoque A incitera », explique le Dr John Embil, directeur médical du service de contrôle et de prévention des infections au Centre des services de santé de Winnipeg.

Le problème, c’est qu’il est impossible de dépister la souche avant que l’infection ait pu couver et se propager chez le patient.

Une citation de : John Embil, directeur médical

De 90 à 200 cas de fasciite nécrosante sont signalés chaque année au Canada, dont 12 à 20 au Manitoba, note le Dr Embil; environ 30 % des cas sont fatals.

Avec des informations de Pierre-Gabriel Turgeon, Laura Glowacki et Jillian Taylor (CBC News)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !