•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Veillée en hommage aux victimes de l'attentat de Londres

Minute de silence au Trafalgar Square, à Londres.

Photo : Reuters / Hannah McKay

Radio-Canada

Des centaines de personnes se sont rassemblées jeudi à Trafalgar Square, à Londres, pour une veillée en hommage aux victimes de l'attaque de mercredi aux abords du parlement de Westminster. Le drame a fait cinq morts, dont l'assaillant, et une quarantaine de blessés.

La circulation avait été déviée et la place emblématique de Londres était étrangement calme à la tombée de la nuit.

La foule, à laquelle la ministre de l'Intérieur Amber Rudd et le maire de Londres Sadiq Khan se sont adressés, a observé une minute de silence avant la fin du rassemblement.

Cela nous a vraiment émus d'entendre qu'un [policier] avait été attaqué et j'ai pensé qu'il serait bon de venir témoigner ma solidarité à toutes les personnes concernées.

Gary Hunnam, un Londonien de 28 ans dont le partenaire est policier

Un policier figure au nombre des personnes qui ont été tuées.

« J'ai de nombreux amis et parents qui travaillent à cinq minutes d'ici alors ça fait réfléchir », a dit Helen Pallot, 26 ans, un bouquet de fleurs à la main.

Londres endeuillée

Alors que des bénévoles allumaient des bougies, un groupe de musulmans tenait une pancarte où l'on pouvait lire : « Amour pour tous, haine pour personne. »

Ces événements n'ont rien à voir avec la religion [...] C'est du terrorisme pur.

Ali Raza, un étudiant de 23 ans
« Londres ne sera jamais vaincue! Nous sommes unis! », dit cette pancarte.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

« Londres ne sera jamais vaincue! Nous sommes unis! », dit cette pancarte.

Photo : Reuters / Darren Staples

Plus loin, un homme était venu avec une autre pancarte proclamant : « Londres ne sera jamais vaincue. »

Ailleurs dans la capitale britannique, qui demeure sous haute surveillance policière, la vie reprenait son cours.

Il faut continuer. [Les terroristes] veulent nous faire peur, qu’on reste chez nous. Il ne faut pas leur donner raison.

Carly Colville, résidente de Londres

« Quand des tragédies se produisent, on se rassemble, on reste unis », a déclaré Toni Cole, une autre Londonienne.

« À une certaine époque, c’était l’IRA qui représentait une menace. Ensuite, d’autres groupes, et maintenant le groupe armé État islamique. On vit avec ce genre de risque depuis une génération », a estimé pour sa part Neil Wells.

Avec des informations d'Ariane Perron-Langlois

Des fleurs laissées aux abords du palais de Westminster.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des fleurs laissées aux abords du palais de Westminster.

Photo : Reuters / Hannah Mckay

Des bougies allumées pour la veillée.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des bougies allumées pour la veillée.

Photo : Reuters / Stefan Wermuth

« Pas en mon nom », est-il inscrit sur le morceau de carton que brandit cette musulmane.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

« Pas en mon nom », est-il inscrit sur le morceau de carton que brandit cette musulmane.

Photo : Reuters / Hannah Mckay

Des bougies disposées sur le pont de Westminster.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des bougies disposées sur le pont de Westminster.

Photo : Reuters / Darren Staples

Avec les informations de Reuters

Europe

International