•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des hockeyeurs montréalais partis former l’équipe nationale de Corée du Nord

Un trio de hockeyeurs amateurs au service de l'équipe nationale nord-coréenne
Robert Frosi

EXCLUSIF - On a déjà vu des entraîneurs canadiens partir en Corée du Sud former des hockeyeurs. Trois joueurs d'une ligue de garage de Montréal ont vécu une expérience encore plus déstabilisante, appelés en renfort par la Corée du Nord, le pays le plus fermé du monde. Ils ont passé une dizaine de jours à entraîner son équipe nationale, à Pyongyang. Une aventure aussi incroyable que rocambolesque.

C'est le parajuriste Jean-Marie Larochelle qui a convaincu deux amis de participer à ce périple. Tout a commencé dans l'Himalaya, en Inde, où Jean-Marie a découvert les activités caritatives de Hockey Fondation.

« J’étais en voyage en Inde quand un Canadien m’a abordé et, aussi curieux que cela puisse paraître, il m’a demandé si je jouais au hockey et si j’étais intéressé à me joindre aux activités du groupe. C’est à plus de 4000 m d’altitude que j’ai découvert le travail de Hockey Fondation », se souvient-il.

Cette fondation permet à des populations vivant dans des régions reculées de s’adonner au hockey.

« J’ai immédiatement eu la piqûre, dit Jean-Marie Larochelle. Et quand on m’a proposé une nouvelle mission, j’ai immédiatement dit oui. Pourquoi pas en Corée du Nord! »

D'une ligue de garage à la Corée du Nord

Chaque membre du trio a une motivation personnelle pour participer à ce voyage inusité. Alexandre Bergevin est un avocat criminaliste chevronné. Il a notamment siégé au Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie et le Rwanda.

« C’est certain que c’est le pays le plus fermé du monde, concède-t-il. Mais si j'ai la chance d’entrer dans un tribunal et de voir comment ça se déroule, je le ferai. Mais je ne me fais pas d’illusion. On va être pas mal encadrés, surveillés, et nos déplacements seront restreints ».

Félix Moffatt travaille dans la production cinématographique. Quand on lui demande s'il s'est posé des questions éthiques avant de partir dans ce pays dirigé par un dictateur, la réponse est immédiate.

« Nous, on s’en va jouer au hockey, martèle-t-il. Je ne suis pas dupe, je sais que c’est un pays où les libertés sont restreintes et qu’il faut penser comme le maître suprême, mais je vais tout de même essayer de voir comment les gens vivent et tenter d’échanger avec eux. »

De retour de Corée du Nord

Après une dizaine de jours passés en Corée du Nord du 11 au 19 mars, le trio québécois nous donne rendez-vous dans un restaurant coréen à Montréal et raconte son périple. Tous trois sont intarissables sur leur séjour. Les anecdotes et les souvenirs fusent.

Des joueurs nord-coréens à l'entraînementDes joueurs nord-coréens à l'entraînement Photo : Jean-Marie Larochelle, Alexandre Bergevin et Félix Moffatt

Au premier abord, le trio n’a pas senti que les gens étaient aussi opprimés que le laissent entendre les médias occidentaux. Mais plus la conversation avance, plus la réflexion se fait présente. La première petite frayeur nous est contée par Alexandre, l’avocat.

Sans m’en rendre compte, j’ai posé mon bâton de hockey contre un mur sans me douter que le bâton était en fait posé sur une affiche à l’effigie de Kim Jong-un. Il y a eu un moment de stupeur parmi les guides qui nous suivaient dans tous nos déplacements, toilettes comprises. Pour les Coréens, ce geste est considéré comme un crime!

Alexandre Bergevin

Vous l’aurez deviné, tous les déplacements étaient rigoureusement encadrés par des « guides » qui avaient comme mission unique de les surveiller. Mais un soir, au bar de l’hôtel, l’alcool aidant, l’un des « guides » se laissera aller à certaines confidences.

« J’ai commencé par lui demander s’il pouvait avoir des idées, penser par lui-même, s’il avait une certaine liberté d’opinion, raconte Alexandre Bergevin. Il m’a expliqué que oui, à condition de ne pas le dire tout haut et trop fort.

« Il m’a raconté cette anecdote qui pour moi, avocat criminaliste, était tout simplement renversante. Un Coréen avait écopé de 15 ans de prison ferme. Son crime? Avoir décollé une affiche du leader suprême. Je peux te dire qu’après ça, tu remets pas mal de choses en perspectives avec ce qui se passe chez nous! »

« En fait, tout rappelle l’époque soviétique, lâche Félix. L’équipe s’entraîne sept jours sur sept, les gars sont tout le temps ensemble, cloisonnés. Ils ne pensent qu’à une chose le hockey! Les journées sont spartiates et la rigueur, militaire ».

Jean-Marie Larochelle se veut plus nuancé, même s’il acquiesce aux réflexions de ses deux camarades.

On sent que ce peuple a besoin d’ouverture sur le monde, mais ce n’est pas avec les membres de l’équipe nationale, masculine ou féminine, que l’on y arrivera. Ce que j’aimerais, c’est de faire une tournée dans les écoles avec les plus jeunes. C’est par l’éducation que ce peuple fera preuve de plus d’ouverture.

Jean-Marie Larochelle

Instrumentalisés?

Quand on leur demande s’ils ont le sentiment d’avoir été instrumentalisés, la réponse est franche et directe.

Bien sûr que par moments, on sentait qu’on utilisait notre venue pour montrer que le pays n’est pas si hermétique aux étrangers. Le plus flagrant, c’est que la télévision nord-coréenne suivait tous nos déplacements et un jour, de hauts dignitaires nous ont invités à aller déposer une gerbe de fleurs au pied d’un monument à la gloire du leader suprême. Évidemment que les images ont été retransmises dans tout le pays!

Félix Moffatt

Quand on leur demande si c’était à refaire, le trio répond à l’unisson : « sans hésitation aucune! »

D’ailleurs, il a déjà le projet d’y retourner. Jean-Marie pour la tournée des écoles, Alexandre pour les droits de l'homme et Félix pour essayer de mettre un peu de sable dans l’engrenage!

Le leader nord-coréen Kim Jong-un veut faire du sport la priorité numéro un de son régime. Peut-être cherche-t-il à travers cette démarche une certaine légitimité politique au niveau international.

Déjà, l'ancien basketteur américain Dennis Rodman avait servi de caution pour montrer que le peuple nord-coréen est civilisé. Quoi qu'il en soit, le trio québécois se souviendra longtemps de cette aventure incroyable, et peut-être, grâce à lui, verra-t-on un jour un Nord-Coréen jouer dans la Ligue nationale.

Des membres de Hockey Fondation (en jaune) avec des joueurs nord-coréensDes membres de Hockey Fondation (en jaune) avec des joueurs nord-coréens Photo : Jean-Marie Larochelle, Alexandre Bergevin et Félix Moffatt

Hockey

Sports