•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Serait-il bientôt envisageable d'arrêter de vieillir?

Photo: iStock
Radio-Canada

Une découverte réalisée par une équipe internationale de chercheurs pourrait conduire à la mise au point d'un médicament pour le moins révolutionnaire, qui arrêterait le processus du vieillissement, améliorerait la réparation de l'ADN et pourrait même aider des astronautes à se rendre sur Mars. Explications

Un texte d'Alain Labelle

Dans un article publié dans la revue Science (Nouvelle fenêtre), le Pr David Sinclair, de l’école de médecine de l’université Harvard, et ses collègues australiens expliquent qu’ils ont identifié une étape critique dans le processus moléculaire qui permet aux cellules de réparer l’ADN endommagé.

Leurs expériences menées chez la souris laissent présager qu’un traitement serait possible pour réparer les dommages causés à l’ADN liés au vieillissement et aux radiations.

Ce traitement serait si prometteur que la NASA pense qu’il pourrait même être utilisé par les astronautes contre le rayonnement cosmique lors des missions de longue durée vers Mars.

Les cellules ont la capacité innée de réparer les dommages causés à l'ADN, ce qui survient, par exemple, chaque fois que notre peau est exposée au soleil. Cependant, cette habileté tend à diminuer avec l’âge.

Les chercheurs ont découvert que le métabolite nicotinamide adénine dinucléotide oxydé (NAD+), qui est naturellement présent dans chaque cellule du corps humain, joue un rôle-clé en tant que régulateur des interactions protéine-protéine qui contrôlent la réparation de l'ADN.

Ainsi, le fait de traiter des souris avec un précurseur du NAD + améliore la capacité de leurs cellules à réparer les dommages causés à l'ADN par l'exposition au rayonnement ou au vieillissement.

Les cellules de souris vieillissantes étaient indiscernables de celles de jeunes souris, après seulement une semaine de traitement.

Pr David Sinclair

Des essais sur des humains doivent commencer dans les prochains six mois.

« Nous n’avons jamais été aussi proches de la création d'un médicament anti-âge sûr et efficace. Il pourrait même être disponible dans seulement trois à cinq ans si les essais sont concluants », ajoute le Pr Sinclair.

Science