•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Afrique est le théâtre de la pire crise humanitaire depuis 1945, selon l'ONU

Des femmes et des enfants attendent avant de s'enregistrer à un programme d'aide alimentaire de l'ONU au Soudan du Sud.

Des femmes et des enfants attendent avant de s'enregistrer à un programme d'aide alimentaire de l'ONU au Soudan du Sud.

Photo : Reuters / Siegfried Modola

Associated Press
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Afrique est le théâtre de la pire crise humanitaire depuis 1945, avec plus de 20 millions de personnes menacées par la faim, et toute réduction du financement des organisations caritatives à l'oeuvre dans les zones de famine causera des souffrances sans précédent, a prévenu jeudi un porte-parole du Programme alimentaire mondial.

David Orr a fait ces commentaires à Johannesburg, en Afrique du Sud, en réponse à la proposition du président américain Donald Trump de diminuer de 10 milliards de dollars américains l'aide étrangère.

La famine frappe trois pays - le Soudan du Sud, la Somalie et le Nigeria - en plus d'être ressentie au Yémen voisin.

Les États-Unis sont le principal bailleur de fonds du PAM et ont collaboré à la création de l'agence onusienne. Ils lui ont donné plus de 2 milliards de dollars américains l'an dernier, soit 24 % de son budget total, a dit M. Orr.

Il a ajouté que l'intervention onusienne dans ces quatre pays coûtera plus de 5,6 milliards de dollars américains cette année. Au moins 4,4 milliards de dollars seraient requis d'ici la fin du mois de mars afin d'éviter une catastrophe, selon M. Orr, mais l'ONU n'aurait reçu que 90 millions de dollars.

Il a expliqué que la famine est causée par une combinaison de plusieurs facteurs, notamment des conflits armés qui compliquent toute intervention humanitaire.

Une Somalienne tient son enfant sous-alimenté dans un hôpital de Mogadiscio.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une Somalienne tient son enfant sous-alimenté dans un hôpital de Mogadiscio.

Photo : Reuters / Feisal Omar

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !