•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’arbre généalogique des dinosaures, bientôt revu et corrigé?

Photo: iStock
Radio-Canada

Des paléontologues britanniques remettent en question la classification des espèces de dinosaures et proposent une révision en profondeur de leur généalogie. Explications.

Un texte d'Alain Labelle

La division en deux grands groupes de dinosaures, les saurischiens et les ornithischiens, n’a pas été réellement mise à jour depuis 130 ans.

Ainsi, jusqu’à aujourd’hui, l'appartenance des dinosaures à l'une ou l'autre de ces familles dépendait en grande partie de la forme de leur bassin.

Les Saurischiens ont un bassin de reptile avec un pubis dirigé vers le bas et vers l'avant. Ils comptent parmi eux les théropodes (dont les dinosaures bipèdes carnivores comme le Tyrannosaurus rex) et les sauropodomorphes, des quadrupèdes herbivores au long cou (comme le Brachiosaurus et le Diplodocus) .

Les ornithischiens se différencient des saurischiens en raison de leur bassin d'oiseau, sans pour autant avoir de lien de parenté avec eux. Leur pubis est également dirigé vers le bas, mais plutôt vers l'arrière.

Il existe d’autres différences entre les deux groupes, notamment au niveau de la boîte crânienne et de la forme des os du cou. Les ornithischiens comptent parmi eux les cérapodes et les thyréophores.

Photo : iStock

Or, selon le paléontologue Matthew Baron et ses collègues de l'Université de Cambridge, cette classification centenaire ne tient pas la route.

Nous avons déconstruit l'ancienne représentation des relations de parenté entre les dinosaures en examinant un très large échantillon de très anciens dinosaures.

Matthew Baron

Les chercheurs ont analysé des fossiles découverts au cours des 30 dernières années et qui incluent plus d'espèces, dont quelques-unes ont été découvertes récemment seulement.

Changements proposés

Les théropodes seraient dans l’ordre des dinosaures à bassin d'oiseau et dans une nouvelle famille que les chercheurs appellent Ornithoscelida. La forme de bassin différente ne serait plus considérée comme l’élément de base pour former une famille.

L’équipe estime aussi que les dinosaures seraient apparus 15 millions d’années plus tôt, soit il y a environ 245 millions d'années.

Un autre changement important est proposé: ces animaux seraient apparus dans l'hémisphère nord (en Laurasie) et non dans l’hémisphère sud. « Cette découverte a été un choc, car elle est contraire à tout ce que nous avions appris », explique Matthew Baron.

La Laurasie est un supercontinent qui se sépara du reste de la Pangée (appelé dès lors Gondwana) durant le Mésozoïque. Deux fossiles tendent à déterminer que les dinosaures seraient précisément apparus sur un territoire qui correspond aujourd’hui au Royaume-Uni, notent les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Nature.

Le nouvel arbre proposé tend aussi à mieux expliquer l’évolution des oiseaux. Les paléontologues estiment que ces derniers ont comme ancêtres les dinosaures mangeurs de viande.

Or, sous l’ancienne classification, les thérapodes n'étaient pas dans le groupe des oiseaux.

Le nouvel arbre correspond mieux à l'observation selon laquelle de nombreuses espèces carnivores et les dinosaures ailés avaient des plumes. Le fait qu'ils étaient auparavant dans des groupes séparés a conduit certains à spéculer que tous les dinosaures, y compris les sauropodes à long cou, avaient des plumes. Mais il n'existait aucune preuve fossile de cette réalité.

Les derniers travaux indiquent également que les dinosaures carnivores ont évolué à deux occasions distinctes et ils laissent à penser que le premier dinosaure était omnivore et a donc mangé à la fois des plantes et de la viande.

Science