•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Autochtone tué en C.-B. : la police devrait être mieux outillée en santé mentale, dit un jury

Photo de Naverone Woods

Naverone Woods

Photo : Netlog/Twoo

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un jury dans l'enquête du coroner recommande que le service de police de la commission de transport de la région de Vancouver travaille de plus près avec les fournisseurs de soins en santé mentale.

L'enquête fait suite à la mort d'un homme qui se serait infligé de multiples coups de couteau avant d'être tué par balle par une policière dans un supermarché il y a plus de deux ans.

Naverone Woods, âgé de 23 ans, a été atteint mortellement par balle par une policière de la commission de transport à l'intérieur du supermarché à Surrey, en Colombie-Britannique, le matin du 28 décembre 2014. Il était membre de la Première Nation Gitxsan et avait vécu à Terrace et à Hazelton, dans le nord de la Colombie-Britannique.

Le jury a entendu des témoignages pendant trois jours et a fait huit recommandations, mercredi, pour tenter d'empêcher des drames similaires à l'avenir.

Il a recommandé que la police de la commission de transport implante un programme similaire à l'initiative Car 67 de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à Surrey, qui permet la collaboration des agents de la GRC et d'une infirmière spécialisée en santé mentale lors d'appels pour des interventions auprès de personnes souffrant de problèmes psychiatriques et affectifs.

Le jury a demandé que le service de police réexamine les circonstances de la mort du jeune homme pour déterminer des moyens d'éviter des pertes humaines dans des événements similaires dans l'avenir.

Bouton d'alarme

Il a aussi recommandé que des services de transport collectif dans la région de Vancouver mettent en place des formations pour leur personnel en ce qui a trait aux personnes ayant des problèmes de santé mentale ou en état d'ébriété, en plus d'assurer aux employés un accès direct au 911, possiblement par l'entremise d'un bouton d'alarme.

Selon ce qui a été entendu à l'enquête, Naverone Woods avait paru agité et s'était précipité sur les portes fermées d'un autobus plus tôt dans la journée de sa mort.

Pamela McKinnon, la policière ayant atteint l'homme par balle, a témoigné qu'un collègue et elle-même avaient brandi leurs armes et avaient crié à plusieurs reprises à Naverone Woods de jeter ses couteaux au sol, mais qu'il n'avait pas semblé entendre ou réagir.

Lorsque Naverone Woods a fait un mouvement soudain en direction de l'autre agent, Mme McKinnon a ouvert le feu à deux reprises, dit-elle, atteignant le jeune homme la seconde fois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !