•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget fédéral : satisfaction et déception dans le milieu économique

Le ministre des Finances Bill Morneau et le premier ministre canadien Justin Trudeau tiennent des copies du budget fédéral, à Ottawa.

Le ministre des Finances Bill Morneau et le premier ministre canadien Justin Trudeau tiennent des copies du budget fédéral, à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Le budget fédéral est globalement bien accueilli, mais laisse certains intervenants sur leur faim, notamment dans le secteur des infrastructures. Tour d'horizon des réactions des syndicats, des organismes de développement économique et autres associations qui ont commenté le budget fédéral.

Bien qu’il salue le budget Morneau, le Conseil du patronat du Québec (CPQ) aurait aimé un engagement plus précis du gouvernement fédéral dans la construction du Réseau électrique métropolitain (REM), de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

« Les investissements fédéraux dans ces grands chantiers ne doivent pas être à la remorque de la mise sur pied de la Banque de l’infrastructure, qui aura lieu dans plusieurs mois encore. Dans plusieurs cas, entre autres pour le REM, les décisions doivent être prises d’ici trois mois. Le gouvernement peut aller de l’avant dès aujourd’hui pour appuyer ces projets porteurs pour le Québec et son économie », dit Yves-Thomas Dorval, PDG du CPQ.

D’ailleurs, le CPQ constate qu’aucune annonce concernant l’emplacement du siège social de la Banque de l’infrastructure du Canada n’a été faite. L'organisme réitère l’importance que ce dernier soit situé au Québec, où l’expertise en la matière a déjà commencé à se développer.

Le Conseil du patronat du Québec est déçu de constater qu’aucune annonce n’a été faite pour soutenir le Service rapide par bus à Québec ou encore le prolongement de la ligne bleue du métro à Montréal.

Par contre, le CPQ salue le Plan pour l’innovation et les compétences qui prévoit une enveloppe de 753 millions de dollars pour la formation des travailleurs et de 527 millions de dollars qui sera allouée à la recherche et développement.

Imposition du gain en capital : la FCEI soulagée

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) estime que plusieurs propriétaires de PME pousseront un soupir de soulagement à la suite de la présentation du budget fédéral 2017-2018. LA FCEI est heureuse que le gouvernement fédéral n’ait pas modifié le taux d’imposition du gain en capital ou des revenus des PME.

Martine Hébert, vice-présidente principale et porte-parole du FCEI, souligne quelques initiatives intéressantes qui s’adressent aux PME : plusieurs investissements en formation et développement des compétences et une révision des règles fiscales pour faciliter les transferts familiaux d’entreprise.

Un pas dans la bonne direction, dit Unifor

Même si le budget Morneau est un pas dans la bonne direction, le syndicat Unifor estime que plusieurs autres mesures auraient pu être adoptées afin de renforcer des secteurs-clés de l’économie canadienne.

C’est notamment le cas dans les secteurs des technologies et des médias. Même si de nouvelles mesures ciblent les services de covoiturage afin qu’ils perçoivent et remettent la TPS, le syndicat s’explique mal pourquoi d’autres services issus des nouvelles technologies, comme Airbnb et Netflix, ont été omis.

Une simple mesure comme l'application de la TPS aux séries en ligne, comme celles que diffuse Netflix, pourrait aider à financer le contenu canadien.

Jerry Dias, président national d’Unifor

Parmi les mesures qu’il salue, Jerry Dias, président national d’Unifor, souligne la hausse du financement des services de garde, une nouvelle stratégie nationale en matière de logement et les programmes de développement des compétences, en particulier ceux qui ciblent les femmes et les communautés autochtones.

Un budget qui laisse la FTQ sur sa faim

La Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) espérait plus du budget fédéral. La FTQ estime qu’il n’y a rien notamment pour aider l’industrie du bois d’œuvre.

« Dans ce dossier, le gouvernement doit agir dès maintenant pour aider les travailleurs de la forêt, comme il l'a déjà fait pour l'industrie du pétrole dans l'Ouest canadien, notamment par des ajustements au programme d'assurance-emploi », déclare le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux.

En ce qui a trait à la fiscalité, les sommes allouées pour contrer l'évasion fiscale sont un pas vers la bonne direction, dit la FTQ. Cependant, elle croit que le gouvernement fédéral aurait pu faire mieux pour aller chercher des revenus additionnels.

Ottawa aurait dû imposer davantage les entreprises et le 1 % de la population le plus riche. Le gouvernement rate une partie de la cible et rate une occasion de lutter contre les inégalités.

Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ

Un budget qui ne réinvestit pas suffisamment dans les services publics

L’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) juge sévèrement le budget Morneau et se dit déçue des investissements trop modestes pour réhabiliter les services publics.

« Ce budget représentait une occasion d’améliorer la livraison des services publics de première ligne. Même s’il est encourageant de voir des investissements dans la sécurité alimentaire et les infrastructures de transport, les libéraux ont raté l’occasion de réhabiliter substantiellement et d’améliorer les services publics », dit Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC.

L’AFPC est déçue que le gouvernement Trudeau ait ignoré sa demande d’inclure une réserve de 75 millions de dollars dans le budget Morneau afin de corriger les problèmes du système de paie Phénix.

Si les ministères n'ont pas les ressources adéquates, les problèmes de paie ne seront jamais résolus.

Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC

L’Association canadienne de la paie heureuse de voir le fédéral s’engager à réduire la paperasse

L’Association canadienne de la paie (ACP) salue l’initiative du gouvernement fédéral de réduire progressivement le coût de la paperasse des employeurs au pays. Ainsi, le ministre des Finances Bill Morneau permettra aux employeurs de fournir des relevés électroniques T4 à leurs employés comme mode normal de distribution. Selon l’ACP, cette mesure générera des économies annuelles de 100 millions de dollars.

L’ACP affirme que les 1,5 million d’employeurs canadiens doivent administrer 27 millions de feuillets T4 chaque année, et ce, même si 84 % des contribuables transmettent leur déclaration de revenus en ligne.

Logement social : un organisme se réjouit

L’Association des groupes de ressources techniques du Québec (AGRTQ) salue l’initiative du gouvernement fédéral d’investir 11,2 milliards de dollars sur 11 ans en logement abordable.

« La vision à long terme portée aujourd'hui par le gouvernement permet de consolider l'importance du logement comme pilier social et lance un signal important aux collectivités qui se mobilisent pour offrir des solutions communautaires et durables en matière d'habitation », dit Édith Cyr, présidente de l’AGRTQ.

L’organisme croit que les sommes annoncées aujourd’hui donneront la latitude nécessaire au gouvernement québécois afin de répondre aux préoccupations et aux besoins en matière d'habitation communautaire au Québec.

 

Économie