•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget fédéral : espoir et critiques au Bas-Saint-Laurent

Vue sur la ville de Rimouski

Vue sur la ville de Rimouski

Photo : Radio-Canada / Laurence Gallant

Radio-Canada

Dans son budget déposé mercredi à Ottawa, le gouvernement Trudeau met l'accent sur la formation et l'innovation, ce qui offre de l'espoir à Rimouski et aux environs. Mais le budget oublie les agriculteurs et les travailleurs forestiers, dénonce le député Guy Caron.

Un texte de Laurence Gallant

Le budget fédéral de 2017 propose de créer un nouveau Fonds stratégique pour l'innovation doté de 1,26 milliard de dollars sur cinq ans. Un guichet unique sera mis sur pied pour favoriser la recherche et le développement de super grappes industrielles.

Selon l'avocate fiscaliste Myriam Goulet du cabinet Mallette, le pari budgétaire de créer des emplois en favorisant l'innovation pourrait être bénéfique pour la région de Rimouski, mais peut-être moins pour les autres pôles économiques de l'Est du Québec.

Si on parle de la région plus en Gaspésie, si on s'éloigne un peu, ça risque d'être un petit peu difficile. Parce qu'ici, à Rimouski, on sait qu'on a le CRBM, on a certaines entreprises qui sont plus axées sur l'innovation.

Myriam Goulet, avocate fiscaliste

Le maire de Rimouski, Marc Parent, s'attend pour sa part à des retombées de ce fonds pour sa municipalité.

« Rimouski est clairement en train de se démarquer dans toute l'industrie de la biotechnologie et on pense que ça, ça pourrait avoir des effets positifs. Ils vont devoir bien entendu être analysés encore une fois, compte tenu du fait que le budget vient tout juste d'être annoncé. »

D'un autre côté, le budget du gouvernement fédéral ne prévoit pas d'argent pour la rétrocession des ports fédéraux. Le maire de Rimouski conserve tout de même l'espoir de recevoir des sommes du gouvernement fédéral pour le quai de Rimouski.

« Rien pour la région », selon Guy Caron

Le député néo-démocrate de la circonscription de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les-Basques, Guy Caron, estime que le budget fédéral déposé par le ministre Bill Morneau est décevant, notamment pour le Bas-Saint-Laurent.

Guy CaronAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Guy Caron

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Le budget 2017 cherche à assouplir certains volets de l'assurance-emploi, notamment en augmentant le nombre de semaines de prestations pour les congés de maternité. La norme passe de 8 semaines à 12 semaines.

Toutefois, Guy Caron dénonce le fait qu'aucune mesure n'est encore déployée pour mettre fin au « trou noir » que connaissent plusieurs prestataires de l'assurance-emploi.

Je vous dirais que pour la région, c'est assez décevant.

Guy Caron, député néo-démocrate dans Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les-Basques

Selon le budget présenté mercredi, Ottawa améliorera également l'accès à la formation pour les chômeurs ainsi que les prestations pour les aidants naturels.

Le porte-parole du Mouvement Action Chômage Pabok, Gaétan Cousineau, ne cache pas sa déception et rappelle que, pour avoir droit à ces nouvelles mesures, il faut d'abord avoir accès aux prestations d'assurance-emploi, ce qui n'est pas le cas de la majorité des travailleurs, même s'ils contribuent au programme.

Guy Caron déplore également qu'il n'y ait rien ni pour les petites et moyennes entreprises ni pour les agriculteurs et les travailleurs forestiers.

Il y a plusieurs initiatives auxquelles nos gens s'attendaient. Je parle entre autres des PME, des travailleurs de la forêt, des travailleurs agricoles, qui ne sont pas là.

Guy Caron, député néo-démocrate dans Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les-Basques

« Qu'on ne pense simplement qu'à une stratégie ou un plan B pour nos travailleurs en ce qui a trait au bois d'oeuvre pour lesquelles il y a des garanties de prêt qui sont demandées et des investissements qui sont demandés. Il n’y a vraiment rien dans ce budget-là pour eux », estime Guy Caron.

Avec la collaboration de Joane Bérubé et d'Isabelle Damphousse

Bas-Saint-Laurent

Politique fédérale