•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget 2017 : silence radio sur les ratés du système de paye Phénix

La colline du Parlement à Ottawa
Le Parlement d'Ottawa Photo: Radio-Canada / Michel Aspirot
Radio-Canada

Le budget présenté, cet après-midi, par le ministre des Finances, Bill Morneau, ne contient pas de grandes surprises pour les résidents de la région d'Ottawa-Gatineau.

Un texte de Angie Bonenfant

Le ministre Morneau mise sur l’innovation, les compétences et les infrastructures. Il veut renforcer la classe moyenne, mais n’offre, somme toute, rien de concret.

Pas de fonds spécial pour le fiasco Phénix

Phénix a été une épine au pied du nouveau gouvernement depuis son installation. Le fiasco du système de paie a causé de nombreux maux de tête et brisé la vie de plusieurs fonctionnaires.

Les syndicats des employés de la fonction publique fédérale ont exigé la création d’un fonds de réserve de 75 millions de dollars, afin que les agences et les ministères puissent bien payer leurs employés. Le hic, toutefois, c’est qu’il n’a pas été question de Phénix – pas une seule ligne - dans ce budget.

Financement des infrastructures

L’intention du gouvernement d’assumer 50 % des coûts des projets de remise en état des infrastructures dans le transport en commun est maintenue. Toutefois, le gouvernement réduit de 50 à 40 % sa participation au financement pour la construction de nouveaux projets en transport en commun.

C’était l’une des principales préoccupations du maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, qui craignait ce genre de recul.

Tel que stipulé dans le budget précédent, le gouvernement investira tout de même 20,1 milliards de dollars sur 11 ans pour le financement de grands projets tel que le train léger d’Ottawa. Mais ce financement se fera graduellement et les plus importantes sommes seront investies vers 2025.

Plusieurs petites mesures au chapitre des langues officielles

Les services de traduction parlementaire seront améliorés. Le gouvernement investira, dès cette année, 7,5 millions de dollars pour veiller à ce que les parlementaires et tous les Canadiens continuent d’être servis dans la langue officielle de leur choix.

Deux millions de dollars, sur deux ans, seront aussi consacrés au Service administratif des tribunaux judiciaires, pour accroître la capacité des cours fédérales à rendre leurs décisions en français et en anglais.

Et, 80 millions de dollars sur 10 ans seront investis pour construire des projets tels que des centres de la petite enfance, des centres communautaires et des centres culturels dans des communautés de langue officielle en milieu minoritaire. Cette mesure aidera les communautés locales de langue française à protéger leur langue et leur culture.

Construire des logements abordables sur des terrains fédéraux

Tous les Canadiens ont besoin d’un logement sûr, adéquat et abordable, mais tous n’y ont pas accès. Le gouvernement le reconnaît d’emblée, il y a une pénurie de ce type de logement dans les grandes villes canadiennes telles qu’Ottawa et Gatineau.

Afin de rectifier le tir, le budget propose d’investir 202 millions de dollars sur 11 ans pour rendre accessibles, à coûts faibles ou nuls, des terrains fédéraux excédentaires aux entrepreneurs de logements abordables.

Le gouvernement veut aussi financer les travaux nécessaires à la rénovation de bâtiments fédéraux excédentaires qui seront transformés en logement.

Taxation des services de covoiturage

Dans son budget, le gouvernement a annoncé une mesure qui va, sans contredit, réjouir les chauffeurs de taxi de la capitale nationale. Les entreprises qui offrent des services de covoiturage, tel que Uber, seront tenues, dès le 1er juillet 2017, de payer la TPS/TVH.

Le gouvernement compte modifier la définition d’une entreprise de taxi, afin d’y inclure les fournisseurs de covoiturage.

Cette modification obligera Uber et toutes autres entreprises connexes d’exiger la taxe sur leur prix pour le transport.

Fin du crédit d’impôt pour le transport en commun

Exit le crédit d’impôt de 15 % pour le transport en commun. Le budget propose de l’éliminer à compter du 1er juillet 2017. Tous les coûts des laissez-passer mensuels ou des cartes de paiement électronique, tels que la Presto, ne seront plus admissibles au crédit après le mois de juin 2017.

Le gouvernement juge que ce crédit est inefficace pour encourager les gens à utiliser le transport en commun. Le gouvernement accordera plutôt un financement de 20,1 milliards de dollars sur cinq ans, aux provinces, pour améliorer le transport en commun.

Naloxone exempte de taxes

Ottawa est aux prises, au même titre que d’autres grandes villes canadiennes, par une crise de surdose aux opioïdes. Le gouvernement Trudeau en est bien conscient et veut mettre l’épaule à la roue pour enrayer le fléau.

Afin de faciliter l’accès au médicament, Santé Canada retire, dès aujourd’hui, l’exigence d’une ordonnance pour la naloxone, lorsque celle-ci est requise dans une situation d’urgence.

Ces nouvelles conditions font en sorte que la naloxone est désormais un médicament en vente libre qui n’est plus soumis à la taxe de vente et d’harmonisation.

Alcool de plus en plus cher

Vous aimez boire un verre de vin ici et là… Préparez-vous, toutefois, à débourser davantage pour ce petit plaisir.

Les taux de droit d’accise sur l’alcool et sur les produits alcoolisés seront augmentés de 2 %.

Cette augmentation aura un impact sur le prix des bouteilles sur les tablettes et ce sont les consommateurs qui devront davantage débourser.

Puisque cette mesure entre en vigueur dès demain, un petit tour à la LCBO ou à la SAQ la plus proche, dès ce soir, n’est peut-être pas une mauvaise idée.

Ottawa-Gatineau

Politique fédérale