•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une attaque près du parlement sème la terreur au coeur de Londres

Les services d'urgences ont mis une personne, blessée, sur une civière près du pont de Westminster, au Royaume-Uni.

Photo : Getty Images / Carl Court

Radio-Canada

Cinq personnes sont mortes et au moins une quarantaine d'autres ont été blessées dans une attaque perpétrée mercredi après-midi sur le pont de Westminster et devant le parlement britannique, à Londres, selon un bilan de la police. Parmi les personnes tuées figurent l'assaillant, qui aurait probablement agi seul, et un policier qui gardait le parlement.

Selon Mark Rowley, responsable des opérations de contre-terrorisme au Royaume-Uni, l'assaillant a utilisé un véhicule utilitaire sport pour faucher plusieurs piétons, dont trois policiers, sur le pont de Westminster. Deux personnes y ont perdu la vie.

Le véhicule a terminé sa course dans la grille qui entoure le parlement, situé à l'extrémité du pont. L'auteur de l'attaque a ensuite poignardé un policier qui protégeait le parlement avant d'être abattu.

« Nous pensons pour l’instant qu’il n’y avait qu’un assaillant », a indiqué M. Rowley. Le secteur continue néanmoins d'être fouillé par mesure de précaution.

L'enquête sera menée par l'unité antiterroriste de la police de Londres.

Le commandant B. J. Harrington, de la police de Londres, avait précédemment déclaré que le chef du service, Craig Mackey, était présent sur les lieux lorsque l'attaque s'est produite. Il pourrait donc livrer un témoignage précieux.

Le fil des événements en images

Un important périmètre de sécurité a été établi sur les lieux afin de préserver la scène de crime.

M. Rowley a aussi indiqué que davantage de policiers armés seront déployés dans les rues de la capitale et qu'il est aussi possible que les autorités déploient des militaires en renfort.

Le parlement a été placé en confinement dans la foulée des événements, avant d'être évacué deux heures plus tard, et les travaux de la Chambre des communes ont été suspendus.

La première ministre britannique Theresa May a convoqué une réunion du comité d’urgence et de sécurité, une cellule d’intervention mise sur pied en 2005 dans la foulée des attentats dans le métro de Londres, qui avaient fait une cinquantaine de morts à l'époque.

Pour Mme May, il est clair que l’assaillant a choisi d’attaquer le parlement « parce qu’il représente la démocratie, la liberté et l’État de droit ».

Elle a ajouté que si le parlement était une cible évidente pour « ceux qui rejettent ces valeurs » toutes tentatives de les défaire « par la violence et la terreur étaient vouées à l’échec ».

Aujourd’hui nous avons assisté à une attaque vicieuse et dépravée à Londres.

La première ministre britannique, Theresa May

Theresa May, qui se trouvait sur les lieux au moment de l'attaque, avant d'être rapidement évacuée, a souligné la « bravoure exceptionnelle » des forces de l’ordre et l'efficacité de leur intervention.

Elle a annoncé que le parlement serait à nouveau ouvert dès jeudi.

Theresa May s'adresse aux médias après l'attaque au parlement de Westminster.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Theresa May s'adresse aux médias après l'attaque au parlement de Westminster.

Photo : Reuters

Un homme armé d'un couteau à l'entrée du parlement

Le journaliste Quentin Letts, du Daily Mail, a raconté avoir vu un homme vêtu de noir attaquer un policier à l'extérieur du parlement avant d'être atteint de deux ou trois balles, au moment où il tentait d'entrer dans l'immeuble.

Il avait quelque chose dans sa main; on aurait dit un bâton, et il a été intercepté par deux policiers avec des vestes jaunes. Et un des policiers en jaune est tombé au sol, et on pouvait voir l'homme en noir qui bougeait le bras comme s'il poignardait ou frappait le policier en jaune.

Quentin Letts, en entrevue à la BBC

M. Letts a dit que l'autre policier est alors parti chercher de l'aide, et que l'homme en noir a couru vers l'entrée. « Et comme ce type courait vers l'entrée, deux gars habillés en civil avec des armes lui ont crié quelque chose qui ressemblait à un avertissement. Il n'en a pas tenu compte, et ils ont tiré deux ou trois fois - et il est tombé », a-t-il relaté.

« Nous étions en train de prendre des photos de Big Ben lorsque tout le monde s'est mis à courir et que nous avons vu un homme d'une quarantaine d'années portant un couteau d'environ vingt centimètres », a raconté Jayne Wilkinson à l’agence britannique Press Association. « Ensuite, nous avons entendu trois coups de feu. Nous avons traversé la rue et nous avons vu l'homme en sang par terre. »

Le parcours de l'assaillant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le parcours de l'assaillant.

Photo : Radio-Canada

Des blessures « catastrophiques »

S’adressant à la presse un peu plus tôt, une médecin de l’hôpital St.Thomas de Londres, Colleen Anderson, avait confirmé qu'une femme était morte « sous la roue d’un autobus » et que plusieurs blessés avaient subi des blessures « catastrophiques ».

Certaines personnes ont subi des blessures mineures, mais d’autres blessures sont catastrophiques. Certains blessés pourront s'en tirer; d’autres ont des blessures qui changeront leur vie. Il y a peut-être une douzaine [de blessés].

Colleen Anderson, médecin à l'hôpital St.Thomas

« Trois élèves du lycée Saint-Joseph de Concarneau qui se trouvaient en voyage scolaire figurent parmi les blessés », a aussi annoncé le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le port de Londres a fait savoir qu'une femme grièvement blessée a été repêchée de la Tamise. « Nous partons du principe qu'elle est tombée ou qu'elle a sauté du pont », a indiqué un porte-parole.

Affaires mondiales Canada invite les résidents canadiens à Londres qui ont besoin d’une aide consulaire d’urgence à communiquer avec le Haut-commissariat du Canada à Londres au +44 (0) 207 004 6000 ou à appeler en tout temps son Centre de surveillance et d’intervention d’urgence au +1 613 996 8885 (à frais virés, là où c'est disponible). Ils peuvent aussi envoyer un courriel à sos@international.gc.ca.

Au début du mois de mars, Scotland Yard avait annoncé que les services de sécurité britanniques avaient « déjoué 13 tentatives d'attentat terroriste depuis juin 2013 » au Royaume-Uni. Depuis août 2014, le niveau d’alerte terroriste demeure fixé à « grave » - le quatrième de cinq échelons portant sur les niveaux d’alerte.

La police londonienne avait annoncé le déploiement de 600 policiers armés de plus dans la ville à la suite des attentats de novembre 2015 en France, ce qui avait porté leur nombre à 2800.

Avec les informations de Reuters, Agence France-Presse, et Associated Press

Europe

International