•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manafort a travaillé pour le compte de Poutine

Paul Manafort lors de la convention républicaine à Cleveland en juillet 2016

L'ancien directeur de la campagne présidentielle de Donald Trump, Paul Manafort, lors de la convention républicaine à Cleveland en juillet 2016

Photo : Reuters / Rick Wilking / Reuters

Associated Press
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ancien responsable de la campagne présidentielle de Donald Trump, Paul Manafort, a travaillé secrètement pour un milliardaire russe afin de défendre les intérêts du président Vladimir Poutine, selon des documents obtenus par l'Associated Press (AP).

M. Manafort aurait ainsi mis au point, il y a 10 ans, une ambitieuse stratégie politique pour miner l'opposition au Kremlin dans les anciennes républiques soviétiques. Ces révélations semblent contredire MM. Manafort et Trump, qui ont déjà déclaré qu'il n'a jamais été à la solde d'intérêts russes.

M. Manafort aurait proposé, en juin 2005, une stratégie confidentielle afin d'influencer la sphère politique, le monde des affaires et la couverture médiatique aux États-Unis, en Europe et dans les anciennes républiques soviétiques au profit du régime Poutine.

Ce plan aurait été présenté au magnat russe de l'aluminium Oleg Deripaska, membre de la garde rapprochée de M. Poutine dont la fortune est évaluée à plus de 5 milliards de dollars américains par le magazine Forbes. M. Manafort et lui se seraient entendus sur un contrat annuel de 10 millions de dollars américains à compter de 2006, selon plusieurs sources et des documents obtenus par l'AP.

On ne sait pas exactement quelles tâches ont été effectuées par M. Manafort en vertu de cette entente. Il a toutefois déclaré à l'Associated Press que son rôle était uniquement de représenter M. Deripaska dans les pays où il faisait des affaires, et jamais de défendre les intérêts politiques russes.

Le plan présenté par M. Manafort impliquait un lobbying intensif des gouvernements occidentaux, le développement de « relations à long terme » avec des journalistes occidentaux, et plusieurs mesures pour améliorer la performance des partis politiques pro-Kremlin en Europe de l'Est. M. Manafort s'était notamment engagé à renforcer ces formations en Ouzbékistan, au Tadjikistan et en Géorgie, en même temps qu'il minerait l'opposition.

La police fédérale américaine enquête actuellement sur les liens entre l'équipe de campagne de M. Trump et la Russie.

M. Manafort a présidé la campagne présidentielle de M. Trump entre mars et août 2016. M. Trump lui a demandé de démissionner quand l'AP a révélé qu'il avait mis en place, en 2014, une campagne secrète de lobbying à Washington au profit du parti politique au pouvoir en Ukraine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !