•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entretien avec le cofondateur de OnePlus Carl Pei

Le cofondateur du fabricant chinois OnePlus Carl Pei présente son nouveau téléphone OnePlus 3T Colette.

Le cofondateur du fabricant chinois OnePlus Carl Pei présente son nouveau téléphone OnePlus 3T Colette.

Photo : Radio-Canada / Maxime Johnson

Maxime Johnson
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Connue pour son marketing original et ses téléphones haut de gamme, mais abordables, le fabricant chinois OnePlus a lancé, hier à Paris, une édition spéciale de son appareil phare OnePlus 3T, créée en collaboration avec le magasin français Colette. Triplex en a profité pour s'entretenir avec le cofondateur de l'entreprise Carl Pei, qui a notamment révélé ses intentions de changer son modèle d'affaires et d'offrir, à terme, plus que des téléphones intelligents.

L’édition spéciale Colette n’est qu’un début
Le OnePlus 3T édition Colette est un téléphone identique au OnePlus 3T, mais en noir mat, une nouvelle teinte pour le fabricant chinois. Mis à part sa finition, cette édition spéciale, produite à 250 exemplaires seulement, est aussi dotée de sa propre boîte et du logo du magasin haut de gamme parisien. C’est tout.

C’est quelque chose qu’on observe de plus en plus souvent depuis l’année dernière : des marques de mode s’associent à d’autres marques variées. Nous voulions aussi tenter l’expérience », explique Carl Pei, cofondateur et chef des affaires mondiales de OnePlus, rencontré en marge du lancement dans un petit café parisien.

Serait-ce aussi une façon pour OnePlus de faire croître sa marque, qui jouit déjà d’une bonne reconnaissance auprès des technophiles, mais qui est totalement inconnue du grand public? « Pour être honnête, je ne crois pas que notre marque va gagner en notoriété avec ce lancement. Mais c’est vrai que l’on souhaite créer un effet de diffusion où des gens qui devancent les tendances peuvent en influencer d’autres », précise-t-il.

Notons que la finition noire du téléphone lancé cette semaine n’a toutefois pas été mise au point pour Colette spécifiquement. S’il n’en avait tenu que de OnePlus, son OnePlus 3T, et même le OnePlus 3 avant lui, auraient tous été offerts en noir. « Créer un téléphone noir en métal n’est pas facile, et ça nous a pris un certain temps avant de pouvoir en produire un qui était résistant aux égratignures », remarque Carl Pei. Le modèle actuel est peint et séché quatre fois avant d’être recouvert d’une couche de protection contre les empreintes digitales. « Ce n’est pas qu’une simple couche de peinture », précise-t-il.

Si tous les modèles de l’édition Colette ont déjà été écoulés, l’homme d’affaires précise que d’autres partenariats du genre seront bientôt annoncés. Il y a aussi fort à parier que cette finition sera également offerte avec le prochain téléphone phare de l’entreprise.

Le prix des téléphones va augmenter en 2017
Carl Pei ne parle pas de ses produits à venir, mais le cofondateur de OnePlus est sans équivoque : le prochain téléphone de son entreprise sera plus cher que son prédécesseur. Une réalité à laquelle ceux qui sont à la recherche d’un téléphone devront s’habituer, puisque les autres fabricants devraient également monter leurs prix cette année.

« Il y a beaucoup de pression sur la chaîne d’approvisionnement », explique Carl Pei. La demande excéderait l’offre pour plusieurs composantes des téléphones intelligents, comme la mémoire NAND et les écrans AMOLED.

Le cofondateur de OnePlus note toutefois que la chose pourrait être bonne pour son entreprise, puisque ses appareils sont, à la base, moins chers que ceux de ses concurrents.

La qualité avant l’innovation
Au fil de la discussion, un sujet revient sur la table à quelques reprises avec Carl Pei : l’innovation.

Même si le terme est souvent mis de l’avant par les entreprises technos – et les patrons en général –, le cofondateur de OnePlus l’emploie avec beaucoup de modération. « Pour nous, la qualité est plus importante que l’innovation », explique-t-il.

Concrètement, 80 % de ses ingénieurs seraient d’ailleurs affectés au contrôle de la qualité de ses appareils, et seulement 20 % à la mise au point de nouvelles fonctionnalités.

Pour les curieux, OnePlus compte pour l’instant environ 100 ingénieurs matériels et 300 ingénieurs logiciels. Son équipe affectée aux caméras ne compterait que 20 personnes, une fraction de ce que l’on trouve chez ses principaux rivaux.

Carl Pei ouvert à lancer d’autres produits (mais pas tout de suite)
Est-ce que OnePlus pourrait fabriquer autre chose que des téléphones intelligents? Oui, mais l’entreprise n’est pas encore rendue là.

« Nous avons pratiquement fait l’erreur de lancer une montre intelligente. Avec le recul, ça a vraiment été une bonne idée d’annuler le projet », confie Carl Pei, en réponse à une question de Jean-Sébastien Zanchi du site français 01Net.

« Nous devons nous concentrer sur la production d’un téléphone intelligent haut de gamme vraiment réussi. Lorsque nous serons capables de le faire, là, nous pourrons regarder ailleurs », poursuit Carl Pei.

Comment savoir lorsqu’un objectif du genre est atteint? « C’est le sentiment général qu’on en a, je crois. Combien de personnes dans la rue utilisent nos produits? Qu’est-ce que les gens en disent? », réfléchit à haute voix le cofondateur de OnePlus.

Avant de développer un nouveau genre d’appareil, l'entreprise devrait aussi s’assurer d’avoir les employés nécessaires pour poursuivre le travail amorcé sur les téléphones intelligents, afin que ses meilleurs ingénieurs actuels puissent se concentrer sur un nouveau marché.

OnePlus : de la distribution par Internet à la vente chez les opérateurs
OnePlus s’est fait connaître par son mode de distribution direct. Au lieu d’être vendus par les opérateurs comme Bell, Rogers, Telus ou Vidéotron, les téléphones OnePlus sont vendus directement aux utilisateurs par son site web.

Cette stratégie serait toutefois sur le point de changer.

L’entreprise offre en effet ses téléphones chez l’opérateur finlandais Elisa, une expérience dont les résultats seraient déjà fort prometteurs. « Nous avons été l'entreprise qui a vendu le plus de téléphones chez cet opérateur au cours de 8 des 10 derniers mois », note Carl Pei.

L’entreprise poursuit, depuis, son apprentissage dans d’autres pays, comme le Danemark et le Royaume-Uni, et serait aussi en discussions actives avec des opérateurs canadiens.

« Nous n’avons que 600 employés en tout, nous devons donc gérer notre croissance avec prudence », explique le cofondateur de OnePlus, qui reconnaît que le passage d’une distribution directe à un modèle d’affaires plus traditionnel pourrait forcer l’entreprise à, éventuellement, augmenter le coût de ses appareils pour compenser ses coûts de distribution plus élevés.

Conserver la personnalité de l’entreprise en changeant sa taille et son modèle pourrait d’ailleurs s’avérer un défi de tous les instants pour OnePlus au cours des prochaines années.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !