•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les appareils électroniques bannis de certains vols vers les États-Unis

Les explications de Frédéric Nicoloff
Radio-Canada

Les passagers en provenance de huit pays du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord voyageant sur les ailes d'une des neuf compagnies aériennes ciblées par Washington seront désormais privés de tablette et d'ordinateur portable durant leur vol direct à destination des États-Unis.

Invoquant des risques d'attentats « terroristes », les autorités américaines interdisent l'utilisation de ces appareils électroniques sur les vols directs entre ces pays et les États-Unis, sur les ailes de neuf transporteurs aériens.

Les voyageurs en provenance de ces huit pays sont ciblés :

- Jordanie
- Égypte
- Turquie
- Arabie saoudite
- Koweït
- Qatar
- Émirats arabes unis
- Maroc

Les ordinateurs portables, les tablettes, les consoles de jeux, les liseuses, les lecteurs DVD et les appareils photo sont notamment interdits en cabine et devront être remisés pour être acheminés dans les soutes à bagages.

L’interdiction des appareils électroniques s’appliquera à tous les passagers des vols directs en provenance des pays ciblés, sans égard à leur citoyenneté. Les citoyens américains seront ainsi soumis aux mêmes mesures que les autres passagers des vols ciblés par Washington.

Menace et service du renseignement

« L'examen de renseignements indique que des groupes terroristes continuent de viser le transport aérien et cherchent de nouvelles méthodes pour perpétrer leurs attentats, comme dissimuler des explosifs dans des biens de consommation », a expliqué un porte-parole du Département de la sécurité intérieure.

L’interdiction touche une cinquantaine de vols par jour de neuf compagnies aériennes :

- Royal Jordanian
- EgyptAir
- Turkish Airlines
- Saudi Airlines
- Kuwait Airways
- Royal Air Maroc
- Qatar Airways
- Emirates Airways
- Etihad Airways

Ces sociétés effectuant une liaison directe vers les États-Unis ont 96 heures – soit quatre jours à compter de mardi matin – pour interdire à leurs passagers de monter à bord avec des appareils électroniques plus gros qu’un téléphone.

« Sur la base de ces informations », le secrétaire à la Sécurité intérieure John Kelly a « décidé qu'il était nécessaire de renforcer les procédures de sécurité pour les passagers au départ direct de certains aéroports et à destination des États-Unis », a ajouté un autre responsable, sans préciser la nature précise des renseignements dont dispose Washington.

Le réseau de télévision américain CNN, citant un responsable américain, rapporte toutefois que la menace provient du groupe terroriste Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA), en activité au Yémen.

Les nouvelles mesures s’appliquent aux vols directs vers les États-Unis en partance de ces 10 aéroports :

- Amman
- Le Caire
- Istanbul
- Jeddah
- Ryad
- Koweït
- Doha
- Dubaï
- Abou Dhabi
- Casablanca

La sécurité intérieure n’exclut pas de modifier la liste d’aéroports ciblés par ces nouvelles mesures de sécurité, selon l’évolution de la menace, et elle précise que ces mesures seront en vigueur jusqu’à ce que les menaces planant sur l’aviation s'estompent.

Une industrie sécuritaire

Les autorités disent avoir décidé d’exclure les téléphones cellulaires et intelligents de la liste des interdictions après avoir évalué le risque encouru et les impacts sur les voyageurs.

« Nous estimons que c'est la bonne chose à faire pour assurer la sécurité des voyageurs », a déclaré un haut responsable, en évoquant plusieurs attentats commis contre l’aviation civile au cours des dernières années. « L’ajout de mesures de sécurité contribue à réduire le risque d’un acte terroriste contre l’industrie aérienne internationale », poursuit la sécurité intérieure.

Malgré les menaces qui planent sur l’aviation, le porte-parole du bureau de l’amélioration de la sécurité de l’aviation précise que le transport aérien demeure sécuritaire.

La nouvelle directive a d'abord été communiquée à la société aérienne Royal Jordanian et à l'agence de presse officielle de l'Arabie saoudite.

Les responsables américains ont averti les sociétés aériennes qu’elles pourraient perdre leurs droits de voler aux États-Unis si les nouvelles mesures n’étaient pas appliquées. La sécurité intérieure précise qu’elle mènera des inspections pour s’assurer que les transporteurs aériens appliquent bel et bien les nouvelles mesures.

Ankara a depuis demandé à Washington de lever l’interdiction pour la compagnie aérienne Turkish Airlines. Cette mesure doit être annulée ou allégée, a déclaré le ministre turc des Transports, Ahmet Arslan. « Ce n'est pas une bonne chose pour notre pays. Et ce n'est pas une bonne chose pour les États-Unis », a-t-il fait valoir.

Nouvelles restrictions au Royaume-Uni

À l’instar des États-Unis, le Royaume-Uni a annoncé mardi de nouvelles mesures pour renforcer la sécurité sur les vols de 14 compagnies aériennes en provenance de six pays : la Turquie, le Liban, la Jordanie, l’Égypte, la Tunisie et l’Arabie saoudite.

Les ordinateurs portables, les tablettes et les téléphones excédant les dimensions d'un « téléphone portable de taille normale » – soit plus de 16 cm de longueur – devront dorénavant être placés en soute.

Les autorités ont tenu à spécifier que cette décision n’avait rien à voir avec l’effort de resserrement de la sécurité aux frontières aux États-Unis orchestré par l’administration Trump.

Le ministre canadien des Transports, Marc Garneau, a pour sa part affirmé que le gouvernement n’avait pas l’intention de suivre l’initiative de Washington. « Le Canada prend ses propres décisions », a-t-il déclaré.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

International