•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au Canada, bon nombre d’huiles d’olive ne respecteraient pas les standards de qualité

 La consommation d'huile d'olive a plus que doublé au Canada en 15 ans.
La consommation d'huile d'olive a plus que doublé au Canada en 15 ans. Photo: iStock

C'est un scandale qui prend des proportions alarmantes et entache toute l'industrie de l'huile d'olive. De nombreuses huiles ne respectent pas les standards de qualité du Conseil oléicole international (COI) ou sont mal étiquetées. En Espagne et en Italie, on parle de fraude et d' « Agromafia ». Et les consommateurs canadiens n'échappent pas au problème.

Un texte d’Alain Roy, de l'émission L'épicerie

Comme pour n’importe quel produit de consommation, quand on achète une bouteille d’huile d’olive, on s’attend à ce qu’elle contienne ce qui est écrit sur l’étiquette.

Or, selon des analyses chimiques réalisées par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et dont L’épicerie a obtenu les résultats grâce à la Loi sur l'accès à l’information, une huile d’olive sur trois ne respecte pas cette règle.

L’épicerie a décortiqué 1000 pages de documents pour découvrir que 33 % de l’échantillon de l’Agence a été soit mélangé avec une autre huile végétale (canola, tournesol, etc.), soit mal étiqueté (extra-vierge alors que ce n’était pas le cas), soit rance ou périmé (sans danger pour la santé).

Des olivesDes olives Photo : Radio-Canada

Le laboratoire de l’ACIA est le seul établissement du Canada accrédité par le Conseil oléicole international pour réaliser ce genre d’analyse très onéreuse. Entre 2005 et 2015, son programme de surveillance des huiles d’olive a analysé 550 échantillons de plus de 140 marques différentes. À un moment ou à un autre, 44 marques ont été prises en défaut par l’Agence, ce qui représente un échantillon sur trois.

Cela veut dire que chaque année, en moyenne, 18 échantillons analysés sur 55 étaient adultérés, mal étiquetés ou rances.

Environ 40 000 tonnes d'huile d'olive sont vendues au Canada chaque année.

Huile d'oliveHuile d'olive Photo : Radio-Canada

Selon la procédure habituelle, on publie les noms des entreprises et des produits non conformes sur le site de Santé Canada et on avise les parties impliquées de corriger la situation dans des délais raisonnables. Faute de quoi des avertissements, des amendes ou des sanctions peuvent s’ensuivre, sous peine de poursuites judiciaires.

Ce qui est peu rassurant, c’est que, compte tenu des maigres ressources de l’ACIA, l’Agence ne peut pas confirmer si les produits contrevenants à un certain moment sont désormais conformes ou non.

Pour réduire le risque de se faire avoir, Claudia Pharand, propriétaire du magasin Olive & Olives, suggère au consommateur de goûter l’huile qu’il achète.

« Une huile d’olive extra-vierge de qualité a un goût de fraîcheur et des notes végétales un peu piquantes, alors qu’une huile d’olive pure ou raffinée ne goûte rien et procure seulement une sensation de gras dans la bouche. Une huile rance ou périmée, par contre, est reconnaissable à son odeur caractéristique de fond de pot de peinture; pas la peine d’y goûter! » ajoute-t-elle.

Une oliveraieUne oliveraie Photo : Olive & Olives

Il est aussi recommandé d’acheter des produits d’une marque de confiance dont l’étiquette mentionne la provenance, le nom du producteur, l’année de récolte et la date d’expiration. Le prix à payer pour une huile extra-vierge authentique commence à 12 $ le litre et peut être beaucoup plus élevé. Donc, si on voit un produit à 5 $ le litre, il ne faut pas s’attendre à des miracles.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments rappelle qu’en cas de doute, on peut toujours porter plainte.

Consommation

Alimentation