•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Week-end mémorable pour Alex Harvey et Québec

Alex Harvey, 3e au classement général

Alex Harvey, 3e au classement général

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

QUÉBEC – Les gens qui ne souriaient pas sur les plaines d'Abraham dimanche étaient rares et devaient vraiment s'être levés du mauvais pied. Bien que le favori local, Alex Harvey, ait raté la victoire de quelques centimètres, tous avaient le sentiment du devoir accompli.

Un texte d’Antoine Deshaies

À commencer par Alex Harvey lui-même.

« J’étais dans une forme splendide tout au long du week-end. Mais c’est déjà assez difficile de battre un Norvégien, en battre deux était une tâche un peu trop grande pour moi », a dit l'athlète de Saint-Ferréol-les-Neiges.

Contre une tactique d’équipe employée par Johannes Hoesflot Klaebo et Niklas Dyrhaug, Harvey a su tenir bon jusqu’à la ligne d’arrivée. Sa 2e place lui a permis de conclure la meilleure saison de sa carrière sur une bonne note.

Les milliers de spectateurs réunis ont longuement ovationné le héros local quand celui-ci est monté sur le podium. Une scène plus fréquente en Norvège qu’au Québec. Vraiment, il faisait bon applaudir ce champion sous un ciel si bleu.

Harvey part en vacances au 3e rang du classement général de la Coupe du monde et 2e du classement de distance.

« On a beaucoup de choses à fêter au cours des prochaines heures, a expliqué Harvey. On n’a pas encore fêté ma victoire au Championnat du monde ni notre victoire au relais. On va fêter tous nos accomplissements de l’année avec toute l’équipe et même nos compétiteurs. »

Alex Harvey

Alex Harvey

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Harvey et sa bande lèveront leurs verres à une année exceptionnelle. L’année de la véritable consécration en fait. C’est du moins l’avis du paternel, qui souffre parfois de stress à regarder fiston skier.

« Je ne pourrais pas être plus fier de lui que ça, a expliqué Pierre Harvey. Il fait vraiment partie des trois meilleurs au monde avec Martin Johnsrud Sundby et Sergey Ustiugov ».

Le père et le fils n’ont pas encore eu le temps de savourer les exploits d’Alex ensemble. Ils devraient remédier à la situation cette semaine. Pierre a l’intention d’inviter l’entourage de l’athlète à souper à la maison.

Alex passera les prochains jours dans la région de Québec pour — eh oui —, skier un peu, avant de mettre le cap sur le Mexique pour un voyage de surf. Ensuite, en mai, il faudra déjà penser à l’an prochain et aux Jeux olympiques.

Johannes Hoesflot Klaebo (à gauche), Niklas Dyrhaug (au centre) et Alex Harvey (à droite)

Johannes Hoesflot Klaebo (à gauche), Niklas Dyrhaug (au centre) et Alex Harvey (à droite)

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

De bon augure pour les Jeux

Le complice de longue date d’Harvey, Louis Bouchard, flottait aussi sur un nuage dans l’aire d’arrivée.

« C’était vraiment une belle course tactique, a lancé l’entraîneur de l’équipe canadienne. C’était vraiment plaisant de voir Alex aller avec toute la foule qui l’encourageait. C’est la cerise sur le gâteau d’une saison extraordinaire. »

Des performances inégalées qui arrivent à moins d’un an des Jeux olympiques. Harvey a des victoires en Coupe du monde, en Championnat du monde, mais la médaille olympique lui échappe toujours.

« Je sens vraiment que je fais partie de l’élite de la discipline, analyse Harvey. Mais sur une course ou une journée donnée, nous sommes au moins une quinzaine de skieurs à pouvoir gagner. Ce n’est pas gagné en Corée. »

Pas gagné non, mais Harvey et son équipe ne manquent pas de confiance. La confiance s’acquiert avec les années et, à 28 ans, le bagage d’expérience du Québécois devrait l’aider.

« C’est une saison de rêve, oui, mais on fera quand même un post mortem pour voir ce qu’on peut faire encore mieux », analyse Harvey.

« On doit être en mesure de répéter nos performances au bon moment l’an prochain, ajoute l’entraîneur Louis Bouchard. Cela dit, on ne doit pas changer grand-chose. Nous avons une équipe qui a énormément confiance en tous ses membres. Ça, c’est très important. »

Des organisateurs comblés

Le comité organisateur estime que plus de 50 000 spectateurs sont venus encourager les skieurs au cours des trois jours de compétition. S’il est difficile d’avoir une estimation juste en raison de l’étalement du public sur le parcours, la mission a néanmoins été accomplie.

L’accès gratuit, la météo extraordinaire et les performances d’Alex Harvey ont créé une ambiance parfaite. Dimanche, il n’y avait pas un seul mètre sans spectateur tout au long de la boucle de près de quatre kilomètres sur les plaines d’Abraham.

Gestev, la firme qui organise la Coupe du monde de ski de Québec et plusieurs autres compétitions sportives, aimerait recevoir la Coupe du monde à Québec tous les deux ans.

Elle a aussi dans sa mire l’organisation des Championnats du monde de ski nordique en 2023 ou en 2025. Cela implique toutefois d’organiser aussi les Championnats du monde de saut à ski et du combiné nordique en plus du ski de fond.

La ville de Québec s’unirait alors à Lake Placid, Calgary ou Whistler.

« Ce serait une première que les championnats soient tenus dans deux villes et il faut voir si la Fédération internationale de ski est ouverte à l’idée », explique le président de Gestev, Patrice Drouin.

« Cela dit, pour la FIS, l’Amérique du Nord est un marché émergent et ils sont friands de le développer. »

La carte postale laissée en fin de semaine par Québec appuiera certainement de futures candidatures.

Reste à voir si Alex Harvey sera encore actif en 2019, la prochaine fois que la Coupe du monde reviendra à Québec.

Mais ça, même Harvey ne semble pas connaître la réponse.

Ski et surf des neiges

Sports