•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Québec, sujet d'étude en Inde

Radio-Canada

Incroyable mais vrai. Jacques Cartier, René Lévesque et des auteurs comme Michel Tremblay et Nelly Arcan sont enseignés dans une université à New Delhi. Les Indiens s'intéressent aussi aux Amérindiens.

Un reportage de Thomas Gerbet, correspondant en Inde

 

« J’ai lu les Belles-Soeurs de Michel Tremblay, et ça a été le coup de foudre », dit Vijaya Rao. Nous sommes à 11 000 kilomètres du Plateau-Mont-Royal. Vijaya Rao nous reçoit dans son bureau de l’Université Jawaharla-Nehru (JNU), entourée de centaines de livres en français.

La professeure de littérature s’est lancée dans les études québécoises il y a 26 ans. Elle accompagne aujourd’hui une vingtaine d’étudiants par année, tous intéressés par le Québec.

JNU possède 2000 livres québécois. L’établissement dispose même d’une salle dédiée à la province, « la salle Québec », avec des chaises et des bureaux bleus.

« La partie la plus importante sur laquelle on se concentre, ce sont les années 1960-1970, pendant la Révolution tranquille, avec cette littérature effervescente, mais aussi des textes plus récents ou même la bande dessinée », explique Vijaya Rao.

Les incontournables sont là, évidemment : il y a Miron, Ducharme, Tremblay…

Vijaya Rao

Les auteures les plus populaires chez les étudiants indiens sont Anne Hébert, Gabrielle Roy et Nelly Arcan.

Apprendre le français et le joual en Inde

La plupart des étudiants indiens qui intègrent ce programme universitaire ont 18 ans et ne connaissent pas un mot de français. Pendant trois ans, 20 heures par semaine, ils vont suivre des cours intensifs de langue.

« Certains textes sont difficiles, donc on fait un choix aussi. Par exemple, les textes de Tremblay, qui étaient plutôt en joual, ça pose problème, mais on tient quand même à les faire découvrir pour que les étudiants aient une idée de comment la langue diffère d’un endroit à l’autre », explique la professeure.

500 000 personnes en Inde maîtrisent le français, et 500 000 autres suivent des cours pour l’apprendre, selon des chiffres fournis par l’ambassade de France à New Delhi.

Quand les Indiens s’intéressent aux Amérindiens

En deuxième et troisième année, les étudiants commencent des cours d’histoire et de géographie traitant du Québec. Ils apprennent, entre autres, l’histoire des explorateurs tombés sur la Nouvelle-France en cherchant la route des Indes, ce qui fait bien rire les étudiants.

« Ici aussi, en Inde, on a été colonisés par les Anglais. Du coup, il y avait une similarité entre les deux histoires », fait remarquer Ruchira, étudiante au doctorat qui a préparé sa thèse sur la signification des couleurs dans le roman Kamouraska d’Anne Hébert.

Le cours aborde aussi les deux référendums sur la souveraineté et les débats contemporains au Québec comme les relations entre les communautés culturelles.

Sujets de thèses sur le Québec

Déjà, une quinzaine de thèses sur le Québec ont été soutenues en Inde ou sont en cours de préparation. Nimisha, une doctorante, travaille par exemple à analyser les différentes formes de sexualité dans les romans le Sexe des étoiles de Monique Proulx et Les Feluettes de Michel-Marc Bouchard.

De son côté, Neha, une autre doctorante de JNU, planche sur le concept d’« enracinerrance » dans les ouvrages des néo-Canadiennes Kim Thuy et Ying Chen.

Ces trois étudiantes indiennes n’ont jamais mis les pieds au Québec, mais, à travers la littérature, elles ont le sentiment de connaître la province. « Je trouve que l’écriture, là-bas, est plus fraîche, et qu'il y a plus d’espoir que dans les romans de l’Hexagone [la France] », analyse Neha.

International