•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'État de Rio de Janeiro préoccupé par la fièvre jaune

Un enfant reçoit un vaccin contre la fièvre jaune.
Un enfant se fait vacciner contre la fièvre jaune à Rio de Janeiro, au Brésil. Photo: Associated Press / Renata Brito
Associated Press

Une petite ville du Brésil, dans l'État de Rio de Janeiro, s'est placée en état d'alerte maximale après la mort d'un homme atteint de la fièvre jaune. Les autorités enquêtent également sur plusieurs autres cas possibles.

Les autorités ont confirmé que Watila Santos, âgé de 38 ans, est mort le 11 mars.

Un de ses voisins, Alessandro Valenca Couto, est aussi atteint de la maladie. Il est présentement hospitalisé à Rio de Janeiro.

Des proches de M. Santos, dont des enfants âgés respectivement de 13 et de 9 ans, font l'objet d'une surveillance médicale.

Une grande tente a été montée au centre-ville de Casimiro de Abreu, située à environ 150 km de Rio de Janeiro pour administrer des vaccins. Selon les autorités, environ 30 000 des 42 000 habitants de la municipalité ont été inoculés.

La fièvre jaune est une maladie transmise par des moustiques. Elle peut causer des accès de fièvre, des vomissements, des douleurs abdominales et parfois la jaunisse. Le ministère de la Santé de l'État de Rio de Janeiro a annoncé ses intentions de vacciner l'entière population par mesure préventive. Elle dit avoir besoin de 12 millions de doses pour atteindre un taux de vaccination de 90 % d'ici la fin de l'année.

Selon le ministère de la Santé du Brésil, la fièvre jaune a frappé au moins 424 personnes. Il s'agit de la plus forte épidémie à toucher le Brésil depuis plusieurs années. Parmi les victimes, 137 sont décédées. Les autorités enquêtent sur plus de 900 autres cas possibles dans l'ensemble du pays.

International