•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Congé de maternité : témoignage d'une chirurgienne de Baie-Comeau

Un torse de médecin

(Archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une chirurgienne de Baie-Comeau affirme avoir ressenti « une certaine pression » pour écourter son congé de maternité et retrouver ses patients.

La docteure Hélène Milot a pris un congé de maternité de cinq mois suivi de quelques semaines de retour progressif au travail à l’hôpital de Baie-Comeau.

Elle se juge chanceuse d’avoir fait partie d’une équipe de cinq chirurgiens qui ont pu la remplacer lors de son congé de maternité.

« Mes collègues auraient pu m’offrir de partir plus longtemps, mais je ressentais une certaine pression face à des patients qui tiennent à avoir une relation privilégiée avec le même chirurgien », dit-elle.

La chirurgienne cite ses patientes en suivi de cancer du sein, qui préfèrent bâtir une relation avec une femme médecin, selon elle.

Elle souligne qu'il n'y a pas de réglementation en matière de congés parentaux et de maternité dans les différentes spécialités chirurgicales, contrairement à la médecine familiale.

C’était un peu improvisé en fonction des collègues disponibles pour pallier la demande. Chaque cas était étudié de façon indépendante.

Une citation de : Hélène Milot, chirurgienne

Difficile pour les pères médecins aussi

Son mari, qui est également chirurgien, a compensé son absence au travail et n'a pas eu droit à un congé de paternité de cinq semaines.

« Cela aurait eu un impact sur le reste de l'équipe de garde et sur les listes d'attente de patients, parce que les collègues ne peuvent pas compenser complètement l'absence d'un chirurgien, explique Hélène Milot. Les patients s’attendent à être opérés par le chirurgien qu’ils ont rencontré et avec qui ils ont établi une relation thérapeutique. »

Les papas médecins n’ont pas les mêmes opportunités d’arrêt de travail après l’accouchement de leur conjointe.

Une citation de : Hélène Milot, chirurgienne

Hélène Milot ajoute que les absences de chirurgiens dans une petite équipe comme celle de Baie-Comeau ont des impacts plus importants que dans un grand centre.

« Dans les plus grands centres, c'est probablement plus facile de pallier les absences. Quand on est 20 chirurgiens au sein d'un département, c'est sûr qu'une seule absence représente un plus faible pourcentage que lorsqu'on est cinq. », dit-elle.

Plus de 2000 médecins québécois ont signé une pétition pour dénoncer les limites imposées à la durée des congés parentaux et de maternité dans certains hôpitaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !