•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une épique bataille de curling entre Irlandais et Écossais à Noranda

Portion d'un article de journal dédié à la rencontre de curling entre les irlandais et écossais de Noranda

Portion d'un article de journal dédié à la rencontre de curling entre les Irlandais et Écossais de Noranda

Photo : Bibliothèque et Archives nationales du Québec Rouyn-Noranda (BAnQ)

Radio-Canada

En 1935, des curleurs irlandais de Noranda ont mis au défi les Écossais, reconnus pour leur héritage de compétiteurs redoutables : celui de les affronter dans le cadre d'une partie de curling lors de la fête de la St-Patrick. Cette anecdote démontre avec humour la fougue et le tempérament bouillant des Irlandais, dont la présence historique en Abitibi demeure difficile à retracer.

Un texte de Louis-Éric Gagnon

Un défi lancé à partir d’une ferveur religieuse

Avant la fondation de la paroisse anglophone Blessed Sacrament Parish en 1946, les paroisses francophones de Notre-Dame-de-la-Protection à Noranda et St-Michel-Archange à Rouyn offraient des messes en anglais et des célébrations thématiques à la fête de la St-Patrick afin que les Irlandais du secteur puissent célébrer leur foi.

En 1935, après avoir écouté le sermon sur l’Irlande et la St-Patrick lors de la messe du matin, l’Irlandais Paddy Meahan décide de défier les Écossais.

Meahan trouve ainsi de vaillants adversaires prêts à s’armer d’un balai : l’écossais James Kirkwood et son clan.

Une partie enlevante

« Les Écossais sont entrés au combat avec témérité, démontrant une remarquable indifférence quant à l’usure de leur balai en luttant vaillamment jusqu’à la fin. Alors que les Irlandais, vrais aux qualités traditionnelles de leur race, ont disputé physiquement et verbalement chaque pierre et chaque pouce de glace dans l’effort d’arracher les lauriers des Écossais. », peut-on lire dans un article du journal Noranda Press du 21 mars 1935 intitulé « Irish-Scotch Curling Feud ».

La brigade irlandaise était formée de Paddy Meahan, Walter Girven, Dan Jones et Ted Huggins. L’équipe des Écossais était quant à elle composée de Jim Kirkwood, H. Coles et des frères Stan et Slim Gamey.

La partie, qui s’est échelonnée sur trois heures, débute avec une avance rapide des Irlandais. Cet écart est surmonté par les Écossais, qui tiendront leurs adversaires jusqu’à la fin.

Meahan, pris au milieu d’une situation tendue où les spectateurs retenaient leur souffle et ses supporters criaient leur irrévérence à l’autre côté de la patinoire, a placé des coups brillants pour égaliser la marque 10 à 10.

Journal Noranda Press du 21 mars 1935 intitulé « Irish-Scotch Curling Feud ».

Une fin de partie « gentleman »

Les deux clans quittent finalement le combat la tête haute, leurs couleurs au vent avec une amitié implacable et l’honneur satisfait.

« Ainsi la fierté des Irlandais était défendue et la tradition écossaise de prouesse avec les pierres était maintenue virilement. Quoique parfois turbulente et tumultueuse, la bataille n’a pas fait de sang. »

Une identité difficile à tracer

Il s’avère difficile de tracer une présence particulière des Irlandais en Abitibi. Ces derniers ne sont pas répertoriés comme la plupart des groupes ethniques, au même titre que les Polonais, les Ukrainiens, les Italiens et les Allemands.

Selon l’historien Benoît-Beaudry Gourd, le recensement canadien regroupait les Canadiens anglophones au sein d’un seul groupe.

Les articles de journaux racontant les célébrations de la St-Patrick sont peu nombreux, mais il arrive que des récits colorés mettent en lumière l’impétuosité des Irlandais.

Abitibi–Témiscamingue

Histoire