•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amiante : CNESST ferme le chantier de l’ex-hôtel La Salle

L'ex-hôtel de La Salle en cours de démolition.
L'ex-hôtel de La Salle en cours de démolition. Photo: Radio-Canada

La Commission des normes de l'équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) a procédé à la fermeture du chantier de démolition de l'ex-hôtel La Salle du secteur Grand-Mère, à Shawinigan.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

Des inspecteurs de la CNESST se sont présentés sur le chantier jeudi alors que les travailleurs s’affairaient à récupérer les résidus qui jonchent le sol à la suite de la démolition.

Sur place, ils ont alors constaté que les travailleurs ne portaient pas l’équipement de protection individuelle nécessaire pour assurer la sécurité lors d’exposition à l’amiante, dont des masques à cartouche.

La Ville de Shawinigan dit ne pas avoir été informé de la fermeture du chantier.

« Nous ne sommes pas responsables du chantier », mentionne le directeur des communications de la Ville, François St-Onge.

Dans les règles de l’art

Un porte-parole de la CNESST assure qu’un plan de travail conforme aux exigences a été déposé par l’entreprise qui a obtenu le contrat de démolition, GB Démolition, et qu’un avis de travaux a été présenté.

L'organisation avait donné le feu vert aux travaux et à la procédure considérant des contraintes en lien avec la sécurité des lieux.

La façon de procéder, normalement, est d'enlever d'abord les matériaux susceptibles de contenir de l'amiante de l'intérieur.

Maxime Boucher, porte-parole de la CNESST

Toutefois, la CNESST considère désormais que l’ensemble des matériaux est contaminé par l’amiante à la suite de l’effondrement du bâtiment lors du retrait d’éléments extérieurs.

Des ouvriers enlevaient les briques une à une ou avec une masse.Des ouvriers enlevaient les briques une à une ou avec une masse. Photo : Radio-Canada

Les inspecteurs ont d’ailleurs demandé à l’entrepreneur d’effectuer des modifications au plan de travail après l’événement, ce qui n’a vraisemblablement pas été respecté.

Des manquements ont été observés quant à l'équipement ainsi qu'à l'accessibilité du chantier qui est fermé jusqu'à ce que la compagnie respecte les normes.

La CNESST rencontrera le propriétaire de l'entreprise de construction en début de semaine prochaine.

Au terme des vérifications des inspecteurs, l'entrepreneur pourrait recevoir un constat d'infraction.

Mauricie et Centre du Québec

Industrie de la construction