•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La défense n'a toujours pas décidé si elle fera témoigner Bertrand Charest

Bertrand Charest au tribunal

Bertrand Charest au tribunal

Photo : La Presse canadienne

La Presse canadienne

Même si la Couronne prévoit terminer la présentation de sa preuve vendredi, avec la 12e et dernière présumée victime de Bertrand Charest, la défense n'a toujours pas décidé si elle fera témoigner l'ex-entraîneur de ski.

Un des avocats de l'accusé, Me Jacky-Éric Salvant, a indiqué que cette décision ne serait prise qu'en fin de semaine. Par contre, Me Salvant a tout de même précisé qu'une défense sera présentée et qu'il avait « des témoins-clés » à faire entendre.

Quoi qu'il en soit, Me Salvant a assuré que le procès, y compris les plaidoiries, serait terminé à la fin de la semaine prochaine, et ce, que Bertrand Charest témoigne ou non.

La journée de jeudi a servi à terminer le témoignage de Jeanne (nom fictif), une des présumées victimes qui était déjà venue à la barre vendredi dernier, au palais de justice de Saint-Jérôme.

La jeune femme a dû revenir devant le tribunal après qu'elle eut déniché un journal intime et des lettres datant de l'époque où elle était en contact avec l'accusé, au début des années 1990.

Bertrand Charest, aujourd'hui âgé de 51 ans, fait face à 57 chefs d'accusation, notamment d'agression sexuelle et d'abus de confiance, envers 12 plaignantes qui étaient âgées de 12 à 19 ans au moment des faits allégués, durant les années 1990.

Dans le cas de Jeanne, les accusations concernent principalement des attouchements.

Son témoignage complémentaire, jeudi, n'a pas permis d'ajouter de nombreux éléments au dossier, mais comme plusieurs autres présumées victimes, elle a répété que l'ex-entraîneur lui avait dit qu'il était amoureux d'elle.

Elle a ajouté que sa perception d'adolescente de 15 ans était qu'elle était en amour avec son entraîneur et que lui était en amour avec elle.

Elle a raconté avoir cherché à attirer son attention et, pour ce faire, elle cherchait à travailler plus fort pour avoir de meilleurs résultats sur les pentes.

À l'instar des autres victimes alléguées, elle a indiqué que l'entraîneur donnait plus d'attention à celle qui était sa favorite du moment et que ces favorites variaient d'une semaine à l'autre.

Dans une des lettres que Bertrand Charest lui avait écrites, l'entraîneur lui avait dit espérer qu'elle garderait la confidentialité sur leur relation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Justice et faits divers