•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déficit : les employés en éducation de la Sask. inquiets et démoralisés, dit un syndicat

 Jackie Christianson

La représentante du Syndicat canadien de la fonction publique Jackie Christianson dit que les travailleurs du secteur de l'éducation sont inquiets.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les travailleurs en éducation retiennent leur souffle et le moral est au plus bas à quelques jours du dépôt du budget saskatchewanais, affirme une représentante du Syndicat canadien de la fonction publique, Jackie Christianson.

Ce dernier représente 8000 travailleurs en éducation dans la province.

Jeudi, Mme Christianson a remis une boîte contenant des centaines de lettres d’élèves et de parents inquiets à la porte-parole en matière d’éducation de l’opposition néo-démocrate. Elle affirme que les lettres sont destinées au ministre provincial de l’Éducation, Don Morgan, au premier ministre Brad Wall.

Les inquiétudes portent sur les possibles compressions en éducation. « Nous savons que quelque chose de très grave va se passer et nous sommes inquiets. Nous ne nous sommes même pas encore remis des compressions de l’an dernier », déclare Jackie Christianson.

La Saskatchewan fait face à un déficit budgétaire de 1,2 milliard de dollars et le gouvernement a fait savoir qu’il voulait établir une réduction de 3,5 % des compensations des employés du secteur public.

De son côté, le ministre Don Morgan assure qu’il comprend les inquiétudes de ceux qui oeuvrent dans le secteur de l’éducation et que le gouvernement travaillera avec eux. Il précise que les compressions de 3,5 % s’appliquent de manière générale, pas nécessairement aux enseignants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !