•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Institut de l’oeil des Laurentides contourne l’abolition des frais accessoires

Le reportage de Michel Rochon
Radio-Canada

EXCLUSIF - Malgré l'entrée en vigueur du règlement abolissant les frais accessoires, les ophtalmologistes de l'Institut de l'oeil des Laurentides facturent toujours 600 $ aux patients pour une chirurgie de la cataracte.

Un texte de Michel Rochon d’Enquête

Au lieu de facturer des gouttes et des lentilles, les médecins font maintenant passer obligatoirement à leurs patients une série d’examens non couverts par l’assurance maladie.

Ces tests ne sont ni utiles ni pertinents pour une chirurgie de la cataracte, sauf un.

Grâce à cette nouvelle facturation, l’Institut de l’oeil des Laurentides (IOL) remplace les montants qu’elle percevait avant l’abolition des frais accessoires et le remboursement des frais de lentilles par l’État.

Les patients payent donc des tests diagnostiques (600 $), plutôt que des gouttes (595 $).

Frais facturés aux patients de l’IOL avant et après le règlement abolissant les frais accessoires.Frais facturés aux patients de l’IOL avant et après le règlement abolissant les frais accessoires. Photo : Radio-Canada

Les médecins qui travaillent à l’IOL sont pourtant tous participants au régime d’assurance maladie du Québec. Ils se font donc payer par le gouvernement pour l’opération.

L’objectif du règlement entré en vigueur le 26 janvier était pourtant d’éliminer les frais accessoires liés à la dispensation des services médicaux assurés par l’État.

En réponse à nos questions (Nouvelle fenêtre), l'Institut de l’oeil des Laurentides allègue que ces examens ont une incidence sur le choix final de la lentille intraoculaire proposée au patient.

Mais du même coup, l'IOL explique qu’il facture 600 $ aux patients parce que le gouvernement ne lui donne pas les 436 $ par chirurgie pour les frais de fonctionnement que les hôpitaux, eux, reçoivent.

En février dernier, Enquête révélait que les quatre ophtalmologistes fondateurs de l’Institut de l’oeil ont profité d'un partenariat public-privé de 34 millions de dollars avec le gouvernement du Québec pour s'enrichir.

En plus de piger dans les coffres de l’État, ces médecins ont facturé aux patients des millions de dollars en frais accessoires, parfois pour des actes inutiles.

Ils sont aujourd’hui multimillionnaires.

Sur cette photo prise en 2012, on voit - en couleur - les quatre ophtalmologistes qui ont fondé l’IOL. Dans l’ordre : Laurent Lalonde, Martin Boileau, Suzanne Racine et Robert Lepage.Sur cette photo prise en 2012, on voit - en couleur - les quatre ophtalmologistes qui ont fondé l’IOL. Dans l’ordre : Laurent Lalonde, Martin Boileau, Suzanne Racine et Robert Lepage. Photo : Michel Chamberland / NordInfo

Inutiles, mais pas dangereux

Ces tests aux noms obscurs - tomographie du segment antérieur, aberrométrie, OPD scan de la surface oculaire, OCT tomographie par cohérence optique RNFL et OCT tomographie par cohérence optique - n’étaient pourtant pas systématiquement passés aux patients avant l’entrée en vigueur du règlement sur les frais accessoires.

Ces tests diagnostiques non assurés, donc payés par le patient, sont en fait associés à d’autres pathologies : glaucome, halos, vision dédoublée, dégénérescence maculaire liée à l’âge, diabète, trou maculaire, etc.

Ils ne sont pas dangereux pour le patient. Ils offrent en fait un portrait global de l’état de l’oeil, mais ne sont pas nécessaires à la préparation d’une chirurgie de la cataracte.

C’est du moins l’avis du président de l’Association des médecins ophtalmologistes du Québec, Come Fortin. Seule la tomographie par cohérence optique peut s’appliquer à la cataracte, nous a-t-il expliqué.

« Je veux en discuter formellement en assemblée générale annuelle à la fin du mois de mars avant d’aller plus loin dans mes démarches », souligne-t-il, en affirmant que cela n’est pas la norme et que cela entache la profession.

Le ministre québécois de la Santé, Gaétan Barrette, a peut-être sous-estimé la créativité des médecins à trouver des revenus additionnels au lendemain de l’interdiction des frais accessoires.

Retrouvez tous les contenus de l'émission Enquête  

Santé