•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

S’entraîner pour doper sa mémoire

Dessin à la craie d'un cerveau avec des bouts de papier marqués d'un point d'interrogation

Il est possible d'améliorer ses aptitudes de mémorisation en s'entraînant à l'aide d'une méthode mnémotechnique.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Certains peuvent penser que la mémoire phénoménale est un don, mais c'est rarement le cas. Des chercheurs ont découvert qu'une méthode mnémotechnique employée par plusieurs champions du monde permet d'améliorer ses aptitudes de façon importante – si on est prêt à s'entraîner.

Un texte de Renaud Manuguerra-Gagné

Certains champions du monde de la mémorisation détiennent des records incroyables, tels qu’apprendre l’ordre d’un paquet de cartes entier en 20 secondes ou mémoriser un chiffre de 3000 décimales en une heure.

Cette maîtrise nécessite toutefois de l’entraînement.

L’une des astuces les plus efficaces découvertes par des chercheurs est une technique connue depuis longtemps et surnommée le « palais de la mémoire ». Leurs résultats ont été publiés dans le journal scientifique Neuron (Nouvelle fenêtre).

Qu’est-ce que le « palais de la mémoire »?

Il s'agit d'une méthode mnémotechnique. Le cerveau humain est mieux équipé pour se souvenir d’un contexte, d’une information visuelle ou d’une émotion, plutôt que d’une série de détails par cœur. Au lieu de mémoriser des informations par répétition, il faudrait donc les placer dans un contexte spécifique afin de mieux s’en souvenir.

Pour réaliser cette technique, les athlètes de la mémoire visualisent le mot à apprendre dans un environnement mental dans lequel ils sont à l’aise et ils le positionnent dans un endroit spécifique. Le trajet qu’ils s’inventent par la suite pour se rendre jusqu’à l’objet rend sa mémorisation plus facile.

Pour mettre cette méthode à l’épreuve, les chercheurs ont recruté 23 des plus grands athlètes de la mémoire ainsi qu’une cinquantaine de personnes qui n’avaient jamais participé à de tels concours.

Pendant six semaines, le groupe s’entraînait avec les athlètes une demi-heure par jour à visualiser un lieu et apprendre à y entreposer et y chercher de l’information. Avant l’expérience, ces personnes mémorisaient en moyenne 26 mots sur 72 après un délai de 20 minutes. Après six semaines, ils réussissaient à en mémoriser 62. Ils avaient ainsi plus que doublé leurs capacités!

Le fonctionnement du cerveau affecté

En étudiant les zones du cerveau impliquées dans la mémoire à l’aide de l’imagerie par résonnance magnétique, les chercheurs n’ont observé aucune différence anatomique dans les cerveaux des champions du monde. Toutefois, les connexions entre les neurones et les chemins empruntés par l’information étaient différentes.

Les régions impliquées dans la mémoire visuelle et spatiale sont beaucoup plus sollicitées chez ces personnes que chez celles qui ne participent pas à des championnats de mémorisation. Ce qui est frappant, c’est qu’après six semaines d’entraînement, la même chose pouvait être observée chez des personnes non initiées. Ces dernières ont commencé à avoir des changements dans leur imagerie par résonnance magnétique et se sont rapprochées des résultats observés chez les champions.

Quarante jours après la fin de l’entraînement, les chercheurs ont toutefois observé une baisse du score chez les participants, avec 48 mots mémorisés en 20 minutes. Cela montre que les changements sont durables, mais qu’un certain niveau d’entraînement doit être maintenu pour conserver tous les acquis.

Toutefois, les chercheurs croient que ce n’est pas tout le monde qui peut devenir un champion de la mémoire. Des différences restaient observables parmi les participants, et certains se débrouillaient beaucoup mieux que d’autres. Cependant, grâce à cette technique, améliorer sa mémoire peut être à la portée de tous.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !