•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des membres de la police communautaire d'Ottawa préoccupés par l'usage des gants d'assaut

Ketcia Peters, membre du Comité d'action communautaire et policière, COMPAC.

Ketcia Peters veut que la police aborde le problème lié à l'usage des gants d'assaut.

Photo : Radio-Canada / CBC

CBC.ca
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les membres d'un comité de police communautaire se disent inquiets de l'utilisation de gants renforcés de la part des agents du Service de police d'Ottawa (SPO), à la suite de la mort d'Abdirahman Abdi l'été dernier.

Ketcia Peters, du Comité d'action communautaire et policière (COMPAC), a assuré que la question de l'utilisation des gants d'assaut serait soulevée lors de la prochaine réunion prévue le 13 avril.

« Ma principale question est la suivante : s'agissait-il de gants d'assaut utilisés par le service de police », s'interroge-t-elle.

« Nous devons comprendre les raisons pour lesquelles cet officier ou même l'unité DART [l'Équipe d'intervention directe, NDLR] s'est vu confier ce type d'équipements pour le travail », poursuit-elle.

« Ce sont des gants d'assaut. Donc, c'est un peu gênant. La [DART] est censée être une équipe de sensibilisation, alors je ne comprends pas vraiment l'utilisation de ce type d'équipement pour le travail », précise Mme Peters.

La jeune femme aimerait voir le SPO mettre davantage l'accent sur la police communautaire et adopter une approche plus proactive afin de s'occuper des personnes plus vulnérables.

Rappel des faits

L'agent Daniel Montsion fait face à des accusations d'homicide involontaire, d'agression armée et de voies de fait graves, après une confrontation avec Abdirahman Abdi mort des suites de ses blessures.

L'agent Daniel Montsion de la Police d'OttawaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'agent Daniel Montsion de la Police d'Ottawa

Photo : YouTube

Des séquences vidéo dans lesquelles on peut voir l'agent Montsion accroupi à côté de M. Abdi inconscient montrent que l'agent portait ce qui semble être un ensemble de gants d'assaut Oakley Standard Issue, avec les insignes Oakley clairement visibles.

Depuis, les gants d'assaut du policier accusé sont examinés.

Un protocole pour leur utilisation

Pour assurer le bon usage de ces gants d'assaut, des experts recommandent un encadrement plus adapté.

César Ndéma-Moussa, membre de COMPAC.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

César Ndéma-Moussa, membre de COMPAC.

Photo : Radio-Canada / CBC

« Il faut en effet un entraînement approprié, des protocoles appropriés et voir toutes les procédures pour avoir un climat de confiance renouvelé », réagit César Ndéma-Moussa, également membre du COMPAC.

Pour Michael Kampa, professeur en criminologie à l'Université d'Ottawa et spécialisé dans l'utilisation de la force par les policiers, il ne fait pas de doute que ces gants sont une arme - ce qui n'est pas le cas pour le ministère de la Sécurité publique de l'Ontario - et que leur utilisation doit être encadrée.

« Cela peut causer une commotion cérébrale. Il y a peut-être des situations où ces gants seront acceptables ou nécessaires, mais il faut avoir un protocole clair pour leur usage », conseille-t-il.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.