•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump veut plus d'argent pour la défense, moins pour la diplomatie, l'environnement, la santé...

Le président des États-Unis Donald Trump lors d'une allocution à The American Center for Mobility, un centre sur les technologies des véhicules automatisés et de mobilité, dans la ville de Ypsilanti au Michigan.

Le président des États-Unis Donald Trump lors d'une allocution à The American Center for Mobility, un centre sur les technologies des véhicules automatisés et de mobilité, dans la ville de Ypsilanti au Michigan.

Photo : Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La première proposition budgétaire soumise par le président américain Donald Trump au Congrès prévoit une forte hausse des budgets consacrés à la défense et à la sécurité intérieure, et d'importantes compressions dans la protection de l'environnement, la diplomatie, l'aide internationale et la recherche scientifique.

Le document dévoilé jeudi prévoit des hausses de budget de 10 % pour le Pentagone (+54 milliards $), de 7 % pour le département de la Sécurité intérieure - incluant 2,8 milliards pour la construction du mur à la frontière mexicaine - et de 6 % pour les Anciens combattants. Il s’agit des trois seuls postes de dépenses qui bénéficieraient d’une augmentation.

L’Agence de protection environnementale (-31 %), le département d’État et d’autres agences offrant de l’aide internationale (-29 %) sont les grands perdants de l’exercice, devant les départements du Travail et de l’Agriculture (-21 %) et celui de la Santé et des Services sociaux (-18 %).

La Maison-Blanche compte aussi éliminer 19 agences fédérales, dont le National Endowment for the Arts, et le National Endowment for the Humanities, la Corporation for Public Broadcasting et la Legal Services Corporation, qui offre de l’aide juridique.

Les compressions à l’Agence de protection environnementale se traduiraient par la suppression d’une cinquantaine de programmes et l’élimination de 3200 emplois. La Maison-Blanche propose également de cesser de financer les efforts des Nations unies pour lutter contre les changements climatiques.

La proposition budgétaire prévoit également une réduction de 20 % du budget des National Institutes of Health, qui font de la recherche scientifique, et des financements à la baisse pour des programmes de recherche scientifique menés par la NASA et la National Oceanic and Atmospheric Administration.

Un programme destiné à aider huit États à assurer la santé des Grands Lacs est aussi destiné à disparaître. Plus de 2 milliards ont été investis dans ce programme, baptisé Great Lakes Restoration Initiative, depuis qu'il a été mis sur pied par l'ex-président Obama.

« Un budget qui fait passer les États-Unis en premier doit faire de la sécurité de la population la priorité numéro un », explique M. Trump dans un message accompagnant le document. « Parce que sans sécurité, il ne peut y avoir de prospérité. »

Rudes négociations en vue avec le Congrès

La publication de ce document marque le début de négociations qui s’annoncent difficiles avec le Congrès, ultimement responsable d’adopter le budget. Les démocrates devraient s’y opposer avec force, tandis que les républicains, majoritaires, ne voient pas tous les choses du même œil que le président.

Qui plus est, la proposition présentée jeudi demeure très partielle, puisqu’elle ne porte que sur des crédits discrétionnaires. Cela équivaut à des dépenses de 1150 milliards de dollars, soit un peu moins du tiers du budget total des États-Unis.

Elle ne comprend en outre aucune indication quant au financement des programmes les plus importants, comme Medicare, pour les personnes âgées, Medicaid, pour les plus pauvres, ou l’agence de la Sécurité sociale, ni sur les baisses d’impôt ou le programme d’infrastructures promis.

La proposition ne fait aucune prévision au-delà du budget 2018, qui doit entrer en vigueur le 1er octobre, et ne fait aucune projection quant à l’effet des mesures proposées sur le déficit, la dette ou la croissance de l’économie.

Le document de la Maison-Blanche s’étale d’ailleurs sur 53 pages, comparativement à 134 pour celle qui avait été soumise par Barack Obama au printemps 2009. Depuis Jimmy Carter, il y a 40 ans, aucune proposition budgétaire initiale n’avait été élaborée en moins de 100 pages.

D’autres propositions en vue du budget 2018 doivent être dévoilées à la mi-mai par la Maison-Blanche, au terme d’une autre négociation qui va se dérouler en parallèle avec le Congrès : celle portant sur une rallonge budgétaire permettant à l’administration de fonctionner au-delà du 28 avril.

Cette discussion permettra de tester pour une première fois le rapport de force entre l'administration Trump et le Congrès, et aura sans contredit des répercussions sur les discussions budgétaires pour l'année 2018.

« Ce n'est pas un budget à prendre ou à laisser », a commenté le directeur du budget de la Maison-Blanche, Nick Mulvaney, lors d'une rencontre préalable avec des journalistes mercredi.

« Le président veut dépenser davantage pour la défense, pour sécuriser la frontière, pour faire appliquer les lois, pour le choix des écoles, sans augmenter le déficit », a-t-il ajouté. « S'ils ont une façon différente d'y parvenir, je suis intéressé à leur parler. »

Des républicains divisés

Le président de la Chambre des représentants, Paul Ryan, qui jouera un rôle de premier plan dans les négociations entre le Congrès et la Maison-Blanche et qui devra effectuer des arbitrages entre les élus républicains, a prudemment salué la proposition du président, qui « tourne la page sur les huit dernières années ».

« Nous sommes déterminés à travailler avec l'administration pour réduire la taille du gouvernement, faire croître l'économie, sécuriser nos frontières, et pour nous assurer que l'armée a tous les outils nécessaires pour accomplir ses missions », a-t-il commenté.

La proposition du président est cependant d'ores et déjà contestée dans les rangs du Grand Old Party.

Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, et le responsable de la commission sénatoriale sur les Affaires étrangères, Bob Corker, sont notamment opposés à l'idée de réduire le budget du département d'État.

« C'est mort-né. Ça n'arrivera pas », a commenté le sénateur républicain Lindsey Graham. « Si vous vous privez du pouvoir discret (soft power), vous ne pourrez jamais gagner la guerre. »

Le sénateur républicain Mac Thornberry, qui dirige la commission des forces armées, se déclare plutôt insatisfait que la hausse du budget du Pentagone soit limitée à 54 milliards de dollars.

« Il est clair pour à peu près tout le monde que nous avons fait trop de compressions dans l'armée, et qu'elle a souffert de dommages importants », a-t-il dit. « Malheureusement, les demandes budgétaires de l'administration sont insuffisantes pour réparer ces dommages et pour rebâtir l'armée, tel que le président l'a indiqué. »

Le chef de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, soutient pour sa part qu'il s'agit d'un budget « dévastateur pour la classe moyenne »

« Une fois de plus, l'administration Trump montre ses vraies couleurs : parler comme un populiste, mais gouverner comme un fanatique des groupes de pression », a-t-il commenté dans une déclaration. « Les démocrates au Congrès s'opposeront énergiquement à ces compressions et presseront leurs collègues républicains de les rejeter. »

Avec les informations de New York Times, Washington Post, Reuters, Associated Press, et Fox News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !