•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet éolien dans la péninsule acadienne : Naveco Power croit en ses chances

Une éolienne

Naveco Power voudrait aménager un parc comptant une cinquantaine d'éoliennes.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Radio-Canada

Le promoteur d'un projet de parc éolien est optimiste de voir son entreprise choisie par Énergie Nouveau-Brunswick pour concrétiser ces installations.

Daniel Brassard, qui est lui-même propriétaire d'un terrain à Anse-Bleue, fait du porte-à-porte ces jours-ci dans la région de Maisonnette, Grande-Anse, Saint-Léolin et Bertrand au nom de Naveco Power. L'entreprise, basée à Fredericton, approche des citoyens afin de faire signer des contrats de location de terrain.

« Il s'agit de contrats d'option qui nous permettent de louer une partie de leur terrain pour aménager une route, une ligne électrique ou une éolienne, a expliqué Daniel Brassard lors d'une entrevue à l'émission Le réveil Nouveau-Brunswick. Il y a une bonne quantité de propriétaires qui ont accepté de signer cette entente-là pour mettre leurs terrains en réserve. »

Les ententes signées avec les propriétaires stipulent qu'ils accordent à l'entreprise la permission d'installer une ligne électrique moyennant une compensation monétaire. « On y va selon la distance au mètre linéaire ou avec un montant forfaitaire, indique Daniel Brassard. Nous sommes plus généreux que ce qu'Énergie NB pourrait payer pour ce genre de projet. On parle de milliers de dollars chaque année pendant la durée du contrat », avance-t-il.

En ce moment, Naveco Power cherche surtout à aménager une ligne de transport pour acheminer l'électricité vers la ligne de 138 KV située au sud de Bertrand, précise M. Brassard.

Le contrat d'option initial est valide pour 20 ans avec possibilité d'une prolongation de 20 ans.

Liés pour cinq ans

Un propriétaire qui signe un contrat avec Naveco Power est lié à l'entreprise pour au moins cinq ans pendant lesquels il ne pourrait pas faire affaire avec une autre entreprise du genre. « Il faut faire de la planification et de l'arpentage », soutient M. Brassard.

La campagne de Naveco Power attire l'attention dans la région. Le maire de Saint-Léolin, Mathieu Chayer, a noté en entrevue à Radio-Canada plus tôt cette semaine que l'entreprise n'avait pas encore obtenu de licence d'Énergie NB pour aménager un parc éolien. D'autres compagnies pourraient être choisies, a-t-il fait observer.

Daniel Brassard croit que son entreprise a une longueur d'avance. « Il n'y a pas de garantie que c'est Naveco qui va aboutir avec ce projet, reconnaît-il. Mais pour l'instant, nous sommes seuls. Ce n'est pas d'hier que nous travaillons à ce projet. Nous avons mené des études des vents, des études environnementales, des études de sol. Tout a été fait selon les critères mis de l'avant par Énergie NB. »

Il ajoute que l'entreprise vise un parc comptant une cinquantaine d'éoliennes.

Naveco Power s'attend à déposer son projet à la fin du mois d'avril. Après l'avoir étudié, Énergie NB rendra sa décision, probablement cet été, estime Daniel Brassard. La construction débuterait d'ici deux ans, indique-t-il.

Nouveau-Brunswick

Énergies renouvelables