•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les amateurs de phénomènes paranormaux au coeur d'une étude

Illustration d'un ovni à quelques mètres d'arbres dans un champ.

Illustration d'une soucoupe volante.

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

La communauté qui s'intéresse aux activités paranormales est remplie de personnes rationnelles et sceptiques, estime un professeur de l'Université Simon-Fraser (SFU), en Colombie-Britannique.

La conclusion de Paul Kingsbury fait partie de résultats préliminaires d'une enquête qu'il mène sur les chasseurs de fantômes ainsi que les observateurs d'objets volants non identifiés et sur ceux qui croient au Sasquatch et aux autres amateurs de cryptozoologie.

M. Kingsbury et son équipe sont à mi-chemin de leurs recherches de quatre ans dans le but de déterminer ce qui pousse des personnes à croire aux phénomènes surnaturels.

Selon lui, nous aimons penser que nous vivons dans une ère moderne, mais nous sommes entourés de thèmes mythiques. « Si vous regardez la société, elle est imprégnée de thèmes paranormaux et surnaturels, comme la religion, des lieux divins et sacrés. Même la science quantique a des théories selon lesquelles il y a un étrange tissu de l’Univers », lance-t-il.

Le professeur au département de géographie pense qu’étudier ceux qui croient l'incroyable permet de mieux comprendre le pouvoir des désirs et la façon dont une croyance commune réunit les humains.

M. Kingsbury a assisté à deux des plus importantes conférences sur les OVNIS dans le monde et a participé à des chasses aux fantômes.

« Les groupes qui enquêtent sur les fantômes dans le Grand Vancouver sont souvent des sceptiques qui veulent déboulonner les affirmations à propos d’apparitions. Des sceptiques se rendent dans le circuit des conférences sur les OVNIS. Ils sont à l'avant de l’auditoire et posent des questions tranchantes aux conférenciers », soutient-il.

De nombreuses personnes sont attirées par le sujet parce qu’elles ont vécu elles-mêmes ce qu’elles appellent des expériences paranormales, estime le chercheur. Pour d’autres toutefois, il s’agit d’atteindre quelque chose qui leur est inaccessible.

Colombie-Britannique et Yukon

Société