•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les particularités du parcours de la société québécoise incluent aussi les Autochtones

Pensionnat, Autochtones
Pensionnat, Autochtones Photo: CBC

À quelques mois de la rentrée 2017, une version provisoire du nouveau programme d'histoire du Québec et du Canada a été transmise aux milieux scolaires québécois pour « pour qu'ils se l'approprient. »

En septembre prochain, tous les élèves de 3e secondaire du Québec découvriront la « caractérisation et l’interprétation des particularités du parcours de la société québécoise », des origines à 1840 lors de leurs cours d’histoire.

Même chose pour les élèves de 4e secondaire, mais pas avant la rentrée 2018 puisque ceux-ci étudieront la période allant de 1840 à nos jours, le programme ayant été réparti sur deux ans selon une approche chronologique.

Manuel scolaire de 3e secondaireea Photo : Chenelière Éducation

Actuellement, le programme est implanté dans une trentaine d’écoles qui prennent part à des projets-pilotes, mais plusieurs autres établissements scolaires ont déjà choisi de l'enseigner en troisième secondaire, le matériel étant déjà disponible.

Ce programme remplace le cours Histoire et éducation à la citoyenneté, qui était enseigné depuis 2006.

Une première version du programme d’études, publiée en 2015, avait été qualifiée d’« inacceptable » par plusieurs.

L'éducation sur les peuples autochtones, une priorité

Cette fois, l’ébauche révisée met davantage l'accent sur l'expérience des peuples autochtones.

Tiré de la version provisoire du programme d’histoire du Québec et du CanadaTiré de la version provisoire du programme d’histoire du Québec et du Canada Photo : Éducation et Enseignement supérieur Québec

La première version du programme effleurait l’histoire des pensionnats en soulignant qu’ils avaient contribué « à accélérer le déclin de certaines langues autochtones ». On apprend maitenant que « la fréquentation obligatoire des pensionnats, dont l’existence est vouée à la propagation de la culture judéo-chrétienne » a aussi fragilisé « le tissu social dans plusieurs communautés. »

Le rapport final de la Commission de la vérité et de la réconciliation, publié en décembre 2015, avait recommandé que l'histoire des Premières Nations, et en particulier l'héritage des pensionnats, soit soulignée dans les programmes scolaires partout au Canada.

« Par ailleurs, les territoires ancestraux sont convoités par l’État, qui souhaite poursuivre le développement économique de la province. Les conventions établies avec les Cris, les Inuits et les Naskapis sont représentatives de la nécessaire conciliation entre l’État québécois et les Premières Nations et la nation inuite, au sein desquelles se profile une forme de nationalisme autochtone et émergent de nouveaux leaders. » Extrait tiré du programme provisoire d’histoire du Québec et du Canada.

Le nouveau projet n'a pas de date de début fixe, un clin d'œil au fait que les autochtones vivaient dans la province pendant des milliers d'années avant l'arrivée des colons européens.

Une enseignante devant une classe remplie d'étudiants.Une classe de l'école secondaire Kassinu Mamu. Photo : Radio-Canada

Plus de références aux peuples autochtones, mais pas encore suffisamment selon certains enseignants qui déplorent des manques concernant les luttes, les injustices et les contributions des membres des Premières Nations.

Autre grincement de dents, cette fois de la part des minorités anglophones et allophones qui considèrent que le cours est construit autour d'un « récit axé exclusivement sur la majorité francophone » omettant de tenir compte de leurs contributions.

Le plus gros problème, c'est que ce programme raconte l'histoire de la nation québécoise et non de la société québécoise.

Robert Green, directeur du département des sciences sociales de l'école secondaire Westmount à Montréal.

Aucune mention en ce qui concerne l’apport des minorités culturelles qu'il s'agisse des Italiens, des Grecs, des Irlandais ou des Haïtiens dans la nouvelle version du programme.

Cette ébauche révisée du nouveau programme d’histoire du Québec et du Canada servira de guide de référence aux éditeurs qui créeront les nouveaux manuels scolaires.

Mais avant d’être déployé dans toute la province, le nouveau programme nécessite l'approbation finale du ministère de l'Éducation.

Un texte de Radio-Canada avec la collaboration de CBC

Autochtones

Société