•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La chronologie de l'intervention sur l'autoroute 13 soulève des questions

Des véhicules restés pris sur l'autoroute 13 sud, dans l'ouest de Montréal, après une intense tempête hivernale.

Des véhicules restés pris sur l'autoroute 13 sud, dans l'ouest de Montréal, après une intense tempête hivernale.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Problème de coordination? De juridiction? Chose certaine, plusieurs questions restent en suspens au sujet de l'attente interminable qu'ont dû endurer de nombreux automobilistes immobilisés dans la neige sur l'autoroute 13 en direction sud, dans l'ouest de Montréal, en pleine tempête hivernale.

Selon un rapport des responsables de la sécurité civile, que le maire de Montréal, Denis Coderre, a publié en ligne, le service 911 a reçu au total 317 appels concernant le territoire de la SQ à Montréal. Rappelons que les autoroutes comme l'A-13 sont de juridiction provinciale.

Une première téléconférence a été convoquée à 23 h 50, mardi soir. Le ministère des Transports du Québec (MTQ) y prenait part.

Le MTQ n’aurait pas mentionné à ce moment qu’il y avait des automobilistes coincés sur l’autoroute.

Une suggestion refusée

Mais selon nos informations, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a suggéré à ce moment la mise en place d'un centre intégré de commandement pour coordonner les activités sur le terrain, vu l'ampleur de la tempête. Mais la directrice de la sécurité civile et de la résilience, Louise Bradette, a jugé que ce n'était pas nécessaire.

Autre détail : la responsable de la sécurité publique au comité exécutif, Anie Samson, était absente mardi en raison d'une grippe.

Selon des membres du Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ) qui travaillent au MTQ, le ministère n’avait pas d’effectifs supplémentaires sur le terrain mardi soir.

Il n’y avait pas non plus de patrouilleurs qui auraient pu sonner l’alarme pour l’A-13, ajoutent ces personnes.

C’est un sous-contractant, Roxboro, qui est responsable du déneigement de ce tronçon de l’autoroute 13, selon ces membres du SFPQ.

Le contrat ne comprendrait pas de « clause tempête », ce qui veut dire que Roxboro n’a pas l’obligation de mettre des effectifs supplémentaires au-delà de ceux prévus en fonction du nombre de centimètres.

Pas de problème du point de vue de Montréal

1 h 40 : toujours selon le rapport cité par M. Coderre, une deuxième téléconférence a été convoquée par la sécurité civile de Montréal.

Le MTQ était absent de cet appel.

« Tous les niveaux de réponse et de capacité des services d'urgence montréalais étant revenus à la normale, la décision est prise qu'il n'y aura plus d'autres appels conférences », indique la dernière version du rapport de la sécurité civile de Montréal.

En conférence de presse, le maire a répété que les responsables montréalais n'avaient rien à se reprocher. « Je peux vous dire que Mme Bradette et tout le monde ont fait leur travail », a assuré M. Coderre.

Le maire a renvoyé la balle à Québec. « S’il y a un problème de juridiction, vous me les enverrez, je vais m’en occuper », a-t-il dit.

« Il y a quelqu’un qui dormait au gaz! »

— Une citation de  Le maire Denis Coderre

Le gouvernement de Philippe Couillard a reconnu qu'il y avait eu des ratés dans l'intervention. De son côté, le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a promis que le gouvernement ferait un bilan complet d'ici la fin de la semaine.

Une initiative des pompiers

3 h 27 : le Service incendie Montréal (SIM) reçoit l'appel de la SQ pour savoir s'il a la capacité d'intervenir sur l'autoroute 13 pour évacuer les personnes coincées sur les lieux. La Sûreté du Québec (SQ) informe à ce moment le SIM qu'il y a environ 300 véhicules immobilisés sur l'autoroute.

3 h 32 : le SIM est en contact avec un lieutenant de la SQ sur une possible intervention.

4 h 29 : le SIM intervient sur l'autoroute 13 avec l'autorisation de la SQ.

Le chef des opérations médias du SIM, Christian Legault, a confirmé que les pompiers avaient reçu l'appel de la SQ pour évaluer les effectifs disponibles pour aider à évacuer des gens. Ils auraient pris la décision d'intervenir de leur propre initiative.

« Notre centrale des communications était en attente de savoir les besoins. N’ayant pas eu aucune nouvelle à 4 h 29, ils ont dépêché le chef aux opérations qui est situé à la caserne de Lachine […] qui a pris l’autoroute 13 nord », a expliqué M. Legault en entrevue sur ICI RDI.

5 h 08 : selon le rapport cité par le maire Coderre, trois véhicules supplémentaires ont été envoyés, à la suite d’une première évaluation par le SIM, dont un autobus muni de toilettes et contenant des bouteilles d'eau et des couvertures. Le porte-parole des pompiers a confirmé cette information.

Des pompiers premiers répondants étaient sur place et une ambulance a été réclamée de manière préventive. Heureusement, personne n’avait de malaise urgent, a indiqué Christian Legault.

5 h 24 : la décision d’ouvrir le centre d’hébergement, rue Saint-Joseph, à Lachine, a été prise, ce qu'a aussi confirmé le porte-parole du SIM.

5 h 59 : les pompiers auxiliaires ont été appelés sur l'autoroute et ont apporté leur cantine.

Les véhicules coincés ont quitté en matinée l'autoroute 13 sud, dans l'ouest de Montréal, qui a été fermée plus de 12 heures à la suite de la sortie de route d'un camion lourd.

Le remorquage payé par le gouvernement

Le ministre des Transports, Laurent Lessard, a indiqué que les personnes dont le véhicule a été remorqué n'auront pas à payer pour ce service.

La réaction du Centre de sécurité civile remise en question

Dans un communiqué, le parti d’opposition Projet Montréal s’inquiète du fait que le Centre de sécurité civile de Montréal n’a pas déclenché le plan d’intervention d'urgence pour les tempêtes exceptionnelles.

« Plutôt que de faire diversion et de jouer au gérant d’estrade sur Twitter en critiquant la situation sur l’autoroute 13, le maire Coderre devrait plutôt faire un suivi auprès de la sécurité civile », lance le conseiller municipal Sylvain Ouellet.

Ce plan d’urgence comprend notamment la coordination des opérations de sauvetage menées par les pompiers et des demandes de déneigement urgentes, rappelle Projet Montréal.

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !