•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des francophones fêtent l'hiver au parc Fort Edmonton

Montage d'images avec Jean-Marie Yambayamba, un stylo et un calpin où on peut lire : « Les carnets de Jean-Marie »

Les carnets de Jean-Marie

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

J'avais un petit regret à mon retour à la maison, le samedi 11 mars, en fin d'après-midi. Je regrettais d'avoir privé ma famille du carnaval des sucres et de la présentation « Je me raconte : mon arrivée en Alberta », deux événements qui se tenaient ce jour-là au parc Fort Edmonton. Ces célébrations chaleureuses en plein froid hivernal étaient organisées par l'Association canadienne-française de l'Alberta pour la région d'Edmonton et la Fédération des aînés francophones de l'Alberta.

Il faisait en effet froid ce jour-là. La neige était tombée abondamment. Les passages du parc Fort Edmonton étaient glissants par endroits. Mais l'animation était au rendez-vous. Le petit train circulait et, pour accueillir les visiteurs, un petit groupe chantait des airs traditionnels francophones autour d'un feu ...

À quelques pas de là, des gens attendaient en file indienne leur tour pour se faire servir de la tire à l'érable ou pour participer à un jeu. Dans un grand hangar voisin, on mangeait, attablés en famille, aux pas de danse du groupe La Girandole. Ici et là, je revoyais des visages connus et je faisais connaissance avec d'autres ...

Une centaine de mètres plus loin, la FAFA tenait son atelier « Je me raconte : mon arrivée en Alberta ». Dans la salle du Reed's Bazaar, à l'étage, une table de mets africains accueillait les visiteurs. De l'autre côté du local, du thé à la menthe et de petits gâteaux au miel marocains étaient servis aux visiteurs. Entre les deux, certains exposaient des souvenirs qui ont marqué, selon eux, le début de leur « aventure albertaine ». Une bible pour l'un, un portrait pour un autre, une robe plus que cinquantenaire pour une autre personne ou encore des bottes de l'armée pour une dernière. La petite salle bruyante était décidément remplie de vie. L'activité témoignait des multitudes de façons dont les uns et les autres sont devenus albertains, franco-albertains ou edmontoniens ... Et je ne me suis pas privé de sceller mon passage avec une photo souvenir en cowboy, gracieuseté de la FAFA, au rez-de-chaussée.

Ressorti, je suivais encore des yeux les beaux spectacles des chariots attelés à des chevaux et du petit train qui prend ou débarque des passagers avant de s'éloigner lentement vers une autre station ...

Non pas seulement l'hiver, mais aussi le décor du parc Fort Edmonton, ses chevaux et son train se prêtaient bien au carnaval des sucres et à l'atelier « Je me raconte ... » Je ne pouvais que saluer les belles inspirations qui ont imaginé la formule. J'espère que ce n'est pas la dernière fois. ACFA régionale d'Edmonton et FAFA, refaites-nous ça l'hiver prochain! Et vous qui avez raté ce beau rendez-vous insistez avec moi et soyez-y la prochaine fois. Je me promets de corriger mon hésitation : ma famille y sera avec moi, cette fois-ci, qu'il neige ou qu'il gèle!

À lire aussi :

- 68e Carnaval des sucres d'Edmonton
- Mois de l'histoire des Noirs : nos écoles font du chemin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société