•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du fentanyl retrouvé dans 90 % des drogues de rue testées à Victoria

La STS Pain Pharmacy fournit des tests gratuits pour les drogues de rue. Ils consistent en des bandes de papiers qui changent de couleur quand elles sont trempées dans une solution qui contient du fentanyl.
La STS Pain Pharmacy fournit des tests gratuits pour les drogues de rue. Ils consistent en des bandes de papiers qui changent de couleur quand elles sont trempées dans une solution qui contient du fentanyl. Photo: Mark Lysyshyn, Vancouver Coastal Health
Radio-Canada

Une pharmacie de Victoria qui fournit des tests gratuits pour les drogues de rues a trouvé la présence de fentanyl dans 90 % des dizaines d'échantillons testés.

Les tests consistent en des bandes de papier qui réagissent à la présence de fentanyl dissous dans l’eau, explique le pharmacien Jarred Aasen, de la STS Pain Pharmacy, dans la capitale britanno-colombienne. « La principale limite est que ça ne quantifie pas le fentanyl qui s’y trouve, mais ça dit simplement si oui ou non il y en a », affirme M. Aasen.

Il estime que cette information est plus utile pour les consommateurs occasionnels que pour ceux qui souffrent de dépendance.

La prochaine étape serait de trouver un test qui permet de déterminer la quantité.

Jarred Aasen, pharmacien

Des laboratoires médico-légaux, dont ceux de la Gendarmerie royale du Canada, utilisent un spectromètre de masse non seulement pour détecter la présence du fentanyl dans la drogue, mais aussi pour évaluer la quantité de produit qui s’y trouve. Cette technologie coûteuse n’est pas disponible pour les pharmacies pour le moment, mais dans les prochains mois, la STS Pain Pharmacy testera un prototype pour identifier les composantes chimiques et la concentration d’échantillons de drogues.

Le professeur associé au département de chimie de l’Université de Victoria, Dennis Hore, a élaboré un spectromètre compact à faible coût pour analyser les drogues. Il soutient qu’en remettant le prototype aux pharmaciens, les chercheurs pourront voir comment il est utilisé à l’extérieur du laboratoire et cela pourra aussi aider à créer une base de données au sujet des composantes chimiques des drogues de rue.

Toutefois, de nombreux obstacles, dont certains légaux, empêchent toujours le prototype de devenir plus accessible même s’il s’avère efficace.

Avec les renseignements de Deborah Wilson

Colombie-Britannique et Yukon

Drogues et stupéfiants