•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les oreillons continuent de gagner du terrain

Une seringue et une dose de vaccin
Une seringue et une dose de vaccin Photo: iStock
Radio-Canada

Selon Santé publique Toronto, il y a maintenant 37 cas d'oreillons confirmés dans la ville. Les personnes infectées ont pour la plupart de 18 à 35 ans. La Ville de Hamilton a aussi confirmé son premier cas.

Santé publique Toronto continue à travailler à prévenir une épidémie.

Quatre de ces cas sont liés aux écoles de Toronto, que ce soit le personnel ou les étudiants, et sont le résultat de contacts avec une personne qui a déjà eu des oreillons.

« Une plus grande diffusion communautaire des oreillons se produit maintenant à Toronto », écrit Santé publique Toronto dans un communiqué de presse.

Au cours des dernières semaines, le nombre total de cas a été en hausse. Les premiers cas avaient été liés aux bars de l'extrémité ouest du centre-ville de Toronto. Santé publique Toronto avait alors envoyé des lettres aux bars, restaurants et écoles de la région pour rappeler aux gens de s'assurer que leur vaccination est à jour.

Les oreillons se propagent par la salive. Les symptômes les plus fréquents sont des douleurs et de l’enflure dans le cou et la mâchoire.

Toronto a enregistré en moyenne cinq cas par année entre 1997 et 2009.

Les personnes nées entre 1970 et 1991 peuvent avoir reçu une seule dose en tant qu'enfant au lieu des deux doses administrées depuis 1991, et donc pourraient être plus vulnérables .

À Hamilton aussi

Les responsables de la santé publique de la Ville de Hamilton ont confirmé « moins de cinq » cas d’oreillons. Tout de même, ils sont en état d'alerte à la suite d'une éclosion à Toronto.

« On rappelle aux parents d'enfants qui fréquentent l'école que deux doses de vaccin contre les oreillons sont requises en vertu de la Loi sur l'immunisation pour les élèves », ont déclaré les responsables dans un communiqué de presse.

Toronto

Santé