•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le meilleur sirop d'érable au monde se trouve-t-il en Ontario?

La famille Séguin, dans son érablière

La famille Séguin

Photo : Radio-Canada / Sophie Houle-Drapeau

Radio-Canada

La saison des sucres est sur le point de commencer et, partout en Ontario, les acériculteurs se préparent à produire leur sirop. C'est d'ailleurs le cas de la sucrerie Séguin Sugarbush, à Nipissing Ouest.

La sucrerie a remporté, l’an dernier, le prix de « champions du monde » à la Foire royale d’hiver de l'agriculture. Il s’agit donc de l'érablière qui produit, selon certains, le meilleur sirop d'érable au monde.

Toute la famille Séguin participe à la production annuelle. D’ailleurs, ils s’installent temporairement dans une autre maison durant la production. Chaque membre a un rôle : production, relations publiques et goûteur. C'est ainsi depuis des générations chez les Séguin.

Il y a beaucoup d'histoire à l'érablière.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Il y a beaucoup d'histoire à l'érablière

Photo : Radio-Canada / Sophie Houle-Drapeau

Selon Daniel Séguin, le secret d’un bon sirop commence avec la terre : « Une terre riche, profonde et bien drainée », dit-il.

La terre des Séguin fait 190 acres et comprend de nombreux arbres centenaires. Le résultat est un sirop au goût robuste, presque épicé.

D’ailleurs, M. Séguin espère remporter le prix à la Foire royale d’hiver de l'agriculture cette année aussi.

La carte de l'érablière Séguin avec ses rubans bleus et son prestigieux ruban rougeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La carte de l'érablière Séguin avec ses rubans bleus et son prestigieux ruban rouge

Photo : Radio-Canada / Sophie Houle-Drapeau

L'exploitation d'une érablière vient avec son lot de sacrifices, surtout pour la famille.

Pendant la récolte, les journées peuvent se terminer à 4 h du matin avant de reprendre 3 heures plus tard. Mais ces heures ne sont pas près de décourager M. Séguin. « Je sens que je suis l’homme le plus chanceux du monde », explique-t-il.

Ce sacrifice est aussi nécessaire pour achever la production, qui est, après tout, une passion familiale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Art de vivre