•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nintendo Switch : quels défis attendent la console?

La Nintendo Switch est une console de salon portable. Il est donc possible d'y jouer dans son lit.
Ce n'est pas qu'un écran ou une manette, c'est la console entière que les joueurs apportent avec eux Photo: Nintendo
Radio-Canada

Voilà une semaine que Nintendo a lancé la Switch, sa toute dernière console de salon. Celle-ci prend le relais de la Wii U, apparue en 2012, mais qui a connu de faibles ventes dans le monde. Quels sont les défis à l'horizon pour cette nouvelle console, qui tente de reconquérir un marché que Nintendo a perdu ces dernières années?

Un texte d'Alix Villeneuve

La Switch est à la fois une console de salon et une console portable. Or, Nintendo vend déjà un appareil portable, la 3DS, offerte depuis 2011. Selon Julie Gagnon, porte-parole de Nintendo Canada, une cohabitation entre ces deux consoles est possible. « C’est quand même des produits différents, avec des usages différents et des gammes de prix différentes, indique Julie Gagnon. La 3DS a encore du beau temps et de beaux jeux devant elle. »

À titre d’exemple, pour l’année à venir, la 3DS présentera toujours des exclusivités avec des jeux comme Fire Emblem Echoes : Shadows of Valentia et un titre de la série Pikmin.

Dominic Arsenault, professeur à l’Université de Montréal et spécialiste des jeux vidéo, souligne que depuis l’avènement de la Game Boy, en 1989, Nintendo a toujours été le roi incontestable des consoles portables. Cela lui permettait de survivre même lorsque ses consoles de salon éprouvaient des difficultés.

Il note aussi que la 3DS connaît encore une grande popularité au Japon, où les consoles portables sont très implantées dans la culture.

La 3DS, pour Nintendo, c’est l’extension de sa logique précédente, établie en 1989. Ce n’est pas surprenant que Nintendo continue de miser sur le créneau des jeux portables. Maintenant, il faut voir la Switch comme une amorce de transition pour rendre le marché des jeux portables mieux établi à l’international [en dehors du Japon].

Dominic Arsenault, professeur adjoint au Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal (section cinéma et jeux vidéo)

Attirer des éditeurs tiers

Généralement, pour assurer son succès, une console devra compter sur des éditeurs tiers, soit sur des jeux mis au point par des fabricants externes, qui alimenteront l’offre de jeux offerts. Ici aussi, Julie Gagnon se veut rassurante en promettant que la Switch sera en mesure d’attirer ce type de jeux. Elle cite l’exemple de la centaine de titres en cours de conception par quelques dizaines de développeurs différents.

Une immense région à explorer s'ouvre aux joueurs. Le panorama est particulièrement saisissant. Une immense région à explorer s'ouvre aux joueurs. Photo : Nintendo

Dominic Arsenault ajoute cependant qu’attirer de tels éditeurs n’est peut-être pas un objectif principal pour Nintendo. Il note que, contrairement aux autres consoles, les produits Nintendo ont toujours été conçus pour accueillir leurs propres jeux avant tout.

« Nintendo ne trempe jamais ses orteils dans une piscine qu’il ne contrôle pas, explique Dominic Arsenault. Essentiellement, leur manière de procéder, c’est de contrôler de A à Z toute la chaîne de fabrication, de distribution et de logiciels, et de se fier très peu aux logiciels d’entreprises tierces. »

Des capacités techniques trop faibles?

Bien que la Nintendo Switch soit une console récente, ses capacités techniques sont moins élevées que celles des autres consoles (comme la Xbox One ou la PlayStation 4). Sa résolution d’images légèrement inférieure et l’autonomie de la pile de la console, qui peut s’épuiser en trois heures lorsqu’elle est exploitée à grande capacité, ont notamment été critiquées.

La console de jeux vidéo Nintendo Switch.La console de jeux vidéo Nintendo Switch. Photo : Radio-Canada / Maxime Johnson

À cela, Nintendo répond que la Switch offre tout de même des fonctionnalités uniques, qui détonnent du reste des consoles sur le marché. À titre d’exemple, les Joy-Con, les manettes de la Switch, ne correspondent pas du tout au format habituel de manettes pour jeux vidéo. « Est-ce que tu as eu du fun? C’est la question qu’on se pose », nous dit Julie Gagnon, porte-parole de Nintendo Canada.

Dominic Arsenault ajoute que Sony (PS4) et Microsoft (Xbox One) mettent au point des consoles et les vendent ensuite à perte. Les profits viendront par la suite des revenus issus de la vente de jeux. Pour sa part, Nintendo a toujours conçu des consoles qu’elle peut vendre à profit ou à coût nul.

« Pour arriver à cela, il faut utiliser des fonctionnalités obsolètes, qui sont déclassées, explique le chercheur. L’autonomie de la pile vient probablement de là : ce n’était pas voulu, mais c’est un sacrifice qu’ils ont consenti à faire. »

Jeux vidéo

Techno