•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Muay thaï : des combattantes fortes et ambitieuses

Émily Vigneault durant son combat

Émily Vigneault durant son combat

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélene Ratel

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

26 combattantes sont montées sur le ring à Toronto samedi soir lors du tournoi féminin de boxe thaïlandaise She Fights, en l'honneur de la Journée internationale des femmes. Il y a quelques années, rassembler autant d'athlètes féminines au même événement sportif aurait été impossible, mais la culture du muay thaï a grandement évolué depuis.

Un texte de Marie-Hélène Ratel

Lorsque l’entraîneuse Kru Audrée Charbonneau s’est initiée au sport il y a 15 ans, elle était la seule femme au sein de son groupe. Elle a passé des années à s’entraîner avec des hommes seulement.

Audrée Charbonneau a été une des premières femmes dans le milieu à frayer le chemin. Elle fait partie des quelques pionnières qui sont devenues une source d’inspiration pour les plus jeunes.

C’est important pour la génération future de jeunes femmes de voir qu’elles sont fortes et capables de se tenir devant les hommes.

Une citation de : Kru Audrée Charbonneau, entraîneuse

Les athlètes féminines sont de plus en plus nombreuses à s’initier au sport de combat à un très jeune âge et elles sont ambitieuses.

Au tournoi She Fights samedi soir, 8 des 26 combattantes étaient inscrites dans la catégorie junior. Quatre d’entre elles chez les 10-11 ans.

Émily Vigneault, durant son combat, reçoit des consignes de ses entraîneursAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Émily Vigneault, durant son combat, reçoit des consignes de ses entraîneurs

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel

Emily Vigneault a 10 ans et a commencé le muay thaï il y a 4 ans déjà. Elle s’entraîne à raison de quinze heures par semaine.

Elle est montée sur le ring samedi soir avec une détermination de fer dans le regard et est repartie avec la médaille au cou.

Je veux être une championne dans le UFC et faire du MMA [arts martiaux mixtes]. Je veux être très forte.

Une citation de : Emily Vigneault, combattante

Des gains pour la visibilité du sport

Muay Thai Ontario sera reconnu comme organisme provincial de sport dès le mois d’avril. Ce changement facilitera le développement des athlètes et l’organisation de combats, avec une réglementation définie.

Alors que le sport gagne en popularité, les combattants ont de plus en plus de possibilités pour se démarquer au Canada et à l’international. L’art martial a par ailleurs la chance de devenir une discipline olympique éventuellement.

La Fédération internationale de muay thaï (IFMT) a obtenu en décembre dernier une reconnaissance provisoire du comité exécutif du Comité international olympique (CIO), qui assure un financement de 25 000 $ US annuellement.

Le sport est aussi admissible aux programmes de développement du CIO et ses compétitions pourront être diffusées sur la chaîne olympique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !